Pas d’accord définitif sur la PAC à Bruxelles

"Aucun accord définitif" sur le budget de la politique agricole commune (PAC) "n'a encore été acté" entre les pays de l'Union européenne, a reconnu vendredi le ministère français de l'Agriculture, revenant ainsi sur des propos tenus précédemment par le ministre Didier Guillaume.

Grosse discussion sur le budget de la PAC.

Alors qu’un sommet sur le budget de l’UE est toujours en cours à Bruxelles, « la base de négociation (pour la France, NDLR) repose bien sur un maintien du budget de la PAC, mais tous les pays ne sont pas d’accord et aucun accord définitif n’a encore été acté », a indiqué un porte-parole du ministre à l’AFP.

Aides PAC

Article mis à jour suite aux déclarations ce week-end du commissaire européen : Le commissaire européen défend un budget « à la hauteur » pour la PAC

« Rien n’est fait, aucun montant n’a été acté. La PAC a été attaquée par plusieurs pays. C’est notre priorité, donc on se bat », a abondé une source diplomatique française à Bruxelles.

Sur le même sujet : Le ministre français de l’Agriculture affirme que Paris a obtenu le maintien du budget de la PAC

Le ministre français de l’Agriculture avait affirmé plus tôt vendredi sur LCI que la France avait « obtenu » au sommet de Bruxelles un maintien du budget actuel de la politique agricole commune (PAC) pour la période 2021-2027.

A lire aussi : Macron bataille sur la PAC avant le salon de l’agriculture

« Nous avons gagné la première bataille, la Commission avait fait une proposition pas tolérable » de « 370 milliards d’euros » alors que la dépense de l’UE pour son agriculture est de « 375 milliards » sur la période actuelle (…) le président de la République a déjà obtenu les 375 milliards », avait-il dit.

Le volet agricole avec la PAC représente la plus grosse partie du budget de l’Union européenne.

Avec le Brexit, le budget agricole va mécaniquement baisser, mais certains pays de l’union veulent en plus piocher dedans pour financer d’autres priorités, environnementales pour certains pays du nord, ou migratoires pour d’autres pays. Alors que pour la France, la priorité doit être au maintien de la PAC.

M. Guillaume a aussi souligné la nécessité de « faire baisser la tension » chez les agriculteurs français à la veille de l’inauguration du salon de l’agriculture.

Emmanuel Macron « est à Bruxelles, il va passer deux jours, deux nuits, et peut-être que si les débats se poursuivent à Bruxelles, il ne sera pas là demain matin pour l’inauguration (du Salon de l’agriculture NDLR) pour défendre le budget de la PAC », avait averti le ministre vendredi sur LCI.

Il a enjoint les agriculteurs à ne pas perturber le salon. « On a rarement vu des organisateurs perturber leur propre salon, ne sabotez pas votre plus belle vitrine de l’année », a-t-il dit.

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement