ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Comment économiser 14% de GNR à l’ensilage d’herbe

Partager sur

Comment économiser 14% de GNR à l’ensilage d’herbe

Mise à l'épreuve en petit parcellaire (crédit photo Simon Photography).

Un essai conduit en Bretagne dans le réseau Claas montre l’efficacité du Cemos pour réduire la consommation de carburant à l’ensilage d’herbe.

En 2919, Claas a obtenu une médaille d’argent à l’Agritechnica pour l’option Cemos Auto Performance introduite sur les ensileuses Jaguar. A l’époque, le constructeur allemand revendiquait une économie potentielle de carburant de 15%, obtenue grâce à une meilleure gestion du moteur. Qu’en est-il sur le terrain?

Une option rapidement rentabilisée à l’ensilage

Simon Badouard, chargé de la promotion des ventes chez Claas Bretagne Sud, a réalisé l’expérience en conditions réelles chez des clients. Au cours d’une journée d’ensilage d’herbe, il a comparé la conduite manuelle et le mode Cemos. Bilan des courses après 25ha : l’automatisme a permis de faire baisser de 13,6% la consommation de l’ensileuse, ramenée à la tonne de fourrage. Avec un GNR à 1,50€/l, pour 500 ha de récolte d’herbe, l’option se paye selon lui en 2,5 ans. Elle coûte en effet environ 3000 €.

Essai ensileuse Claas Jaguar Cemos

Choix du régime moteur.

Une ensileuse qui s’adapte

Rappelons le principe du Cemos Auto Performance. D’abord, ce dispositif ajuste la courbe de puissance du moteur aux besoins. Dès lors que la machine n’est pas chargée, ce qui arrive fréquemment à l’herbe, le Cemos applique une nouvelle courbe d’injection. Celle-ci réduit la puissance maxi disponible et par conséquent la consommation de carburant. Mais le régime moteur choisi pour une bonne qualité de coupe demeure quant à lui constant. Il diminue seulement lors des manœuvres, dès que le pick-up se relève.

Plusieurs avantages

Le chantier commence à pleine puissance, et la réduction ne se fait ensuite que graduellement, selon la demande. Ensuite, le Cemos peut également gérer la vitesse d’avancement. Ainsi le matelas régulier d’herbe qui arrive aux rouleaux reste homogène, gage d’une bonne qualité de coupe. Trois avantages se dessinent pour ce Cemos, au delà de l’économie de GNR. Un: le chauffeur n’a pas besoin de galoper pour charger sa machine. Deux: il ne risque pas de se faire surprendre par un paquet d’herbe dans l’andain. Trois : les remorques suivent facilement.

Essai ensileuse Claas Jaguar Cemos

Le Cemos réduit aussi le régime lors des manœuvres.

Les détails de l’essai d’ensilage

L’essai a eu lieu sur 25ha de ray-grass, répartis en 13 parcelles. Des conditions typiques de la Bretagne, propres à valoriser les dispositifs comme le Cemos. Toutes avaient été fauchées avec un combiné de 9m, et andainées à l’identique. L’ensileuse Jaguar 970 en 4RM disposait d’un pick-up de 3m. En mode Cemos, le moteur était calé sur 1800tr/min à vide. En mode manuel, le chauffeur partait à 2000tr/min. La plateforme Claas Telematics a recueillis toutes les données des chantiers, y compris le rendement en matière verte (10,75 t/ha en moyenne).

Débit de chantier maintenu

Simon Badouard a pu observer une grosse différence de charge du moteur. Navigant entre 20% et 50% en conduite manuelle, elle a atteint 70-75% en mode automatique. Un niveau nettement plus satisfaisant. La consommation de GNR ramenée à la tonne de vert a pour sa part baissé de 13,6%. Mais le débit de chantier de la Jaguar 970 s’est maintenu entre les deux modalités. C’est aussi un facteur important à prendre en compte. Pour compléter cet essai du réseau Claas, il ne reste plus qu’à trouver des cuma équipées en Cemos sur leur Jaguar et prêtes à jouer le jeu du comparatif sur leur terrain!

En complément: