[Crash-test] Le Massey Ferguson 7S.180 au déchaumage et au transport

Partager sur
Abonnés

[Crash-test] Le Massey Ferguson 7S.180 au déchaumage et au transport

Ce MF 7S.180 était chaussé de Trelleborg TM 1060 en VF600/60 R30 et VF710/60 R42.

En héritant du grand frère MF 8S les codes stylistiques et certaines technologies, notamment au poste de conduite, le Massey Ferguson 7S affiche de belles promesses de confort et de simplicité de conduite. Sont-elles tenues ? Que vaut ce tracteur au travail du sol et au transport.

SOMMAIRE

Le magazine Entraid vous propose désormais sa rubrique « Crash-test ». Cette dernière a pour objectif de tester sur le terrain les performances d’un tracteur, sous le regard de trois experts : un utilisateur, un journaliste spécialisé, un expert du réseau cuma. Premier modèle à se prêter à l’exercice, un tracteur français, le Massey Ferguson 7S.180. La rédaction en a confié les clés à Maxime Dubuisson, président de la cuma de Pel et Der dans l’Aube et à deux adhérents, Damien Paillet et Maxime Taupin. Au programme : du travail du sol, de la récolte de betteraves et du transport de fumier.

Le tracteur de l’essai : le Massey Ferguson 7S.180

Un équipement complet

Pour cet essai nous disposions d’un modèle en finition haut de gamme Exclusive (le plus complet des quatre niveaux de finitions). En outre, cette version apporte, de série en cabine, le terminal Datatronic 5 de 9 pouces et un second joystick multifonction à commande électro-hydraulique prend place sur le nouvel accoudoir en complément du nouveau levier Multipad. Un abonnement de cinq ans à la télémétrie MF Connect fait également partie de la dotation de série. En complément, notre tracteur disposait de l’option siège Deluxe pivotant et chauffant à suspension pneumatique et réglage pneumatique des lombaires.

Pour terminer ce tour du propriétaire, précisons que ce MF 7S.180 était équipé de la transmission à variation continue Dyna-VT (la powershift Dyna-6 est également disponible sur ce modèle). Un choix de transmission qui permet de bénéficier du pont arrière de plus forte capacité, avec un relevage de 9,6 tonnes (8,1 tonnes pour la version Dyna-6). Les 8 distributeurs électro-hydrauliques (3 AV et 5 AR) sont alimentés par un circuit load sensing de 190 l/min (option).

Des suspensions qui amènent un haut niveau de confort

Le premier point fort du tracteur Massey Ferguson 7S à ressortir de l’essai est incontestablement le confort. Il fait l’unanimité auprès des trois chauffeurs durant leurs chantiers respectifs de travail du sol et de transport. Qui plus est, la combinaison des suspensions du pont avant et de la cabine, sans oublier celle du siège, fonctionne très bien. La qualité de l’assise et l’insonorisation ont également été saluées à plusieurs reprises.

Massey-Ferguson-équipements

Attelé à une benne Rolland de 35 m3 pour un chantier de récolte de betteraves, le MF 7S.180 affiche une consommation de 11 l/h pour un taux de charge de 45 %.

Autre point fort du poste de conduite : la facilité de prise en main des commandes et du tracteur en général. Premier exemple avec Damien Paillet, qui l’a testé au travail du sol avec un déchaumeur Lemken Rubin de 4,5 m : « Je n’ai pas l’habitude des transmissions à variation continue, mais la Dyna-VT s’est révélée facile à adopter. À noter, cette transmission propose deux gammes : 0 à 30 ou 0 à 50 km/h. Le tracteur se conduit à la pédale ou au levier selon nos habitudes et il n’y a aucun bouton à activer pour passer de l’un à l’autre. » Même constat de simplicité pour la navigation dans le terminal Datatronic 5.

Un manque d’espace en cabine

La seule ombre au tableau, mais de taille, concerne le volume de la cabine. L’espace au poste de conduite est jugé insuffisant par plusieurs testeurs. Les plus grands (1,85 m et plus) ne se sont pas sentis à l’aise, notamment en hauteur. La largeur de la cabine devient également un problème à deux. « C’est vraiment dommage, souligne Maxime Dubuisson, car il reste de l’espace derrière le siège, même quand on le recule au maximum. Une implantation davantage vers l’arrière permettrait peut-être de gagner en impression d’espace. »

Massey-Ferguson-cabine

Malgré une architecture à 6 montants, la visibilité ressort comme un point fort de la cabine du Massey Ferguson 7S.180 selon les essayeurs de la cuma de Pel et Der.

Ensuite, les trois agriculteurs ont apprécié la manœuvrabilité du Massey Ferguson 7S.180, notamment en fourrière. Une caractéristique qui participe à la facilité et au confort de conduite. Le comportement au champ, notamment le grip avec les pneus Trelleborg TM1060, est très bon. Sur la route, attelé à une benne Rolland Rollspeed 6835 de 24 tonnes pour la récolte des betteraves ou la sortie de fumiers de moutons, le tracteur s’est montré stable et rassurant.

Un gabarit et une manœuvrabilité qui donnent de la polyvalence au Massey Ferguson 7S.180

Côté puissance, le moteur de 6,6 litres a été plutôt apprécié au sein du groupe. Petit bémol pour les utilisateurs de tracteurs plus puissants. De même, la transmission à variation continue ressort comme (très) douce à l’usage, mais certains auraient préféré un compromis avec plus de dynamisme. « Le gabarit du MF 7S, associé à son niveau de puissance, est intéressant pour sa polyvalence », retient Maxime Dubuisson. Avec un poids à vide relativement contenu, le MF 7S.180 propose une charge utile de 5,6 tonnes. Un gage de polyvalence.

Pour finir, un mot sur la consommation du moteur 6 cylindres AGCO Power. Selon les données remontées par la télémétrie du tracteur, la consommation moyenne au travail du sol s’affiche à 24 l/h (pour une vitesse de travail de 13,5 km/h et un taux de charge de 56 %) et celle au transport à 11 l/h (pour une vitesse moyenne de 15 km/h et un taux de charge de 45 %).

3 experts donnent leur avis sur le Massey Ferguson 7S.180

Malgré quelques petits points d’amélioration, ce nouveau modèle semble faire l’unanimité parmi les professionnels du secteur. Du confort à la facilité d’utilisation en passant par ses équipements et son gabarit, 3 experts donnent leur avis. A gauche, Maxime Dubuisson (président de la cuma de Pel et Der), au centre, Matthieu Freulon (rédacteur en chef adjoint Entraid.com) et à droite, Stéphane Chapuis (responsable du service AgroDev de la fncuma).

« Confortable et simple, il a suscité une réflexion au sein de la cuma » (Maxime Dubuisson)

« Le Massey Ferguson 7S.180 est un tracteur polyvalent, confortable et facile à prendre en main. L’ergonomie des commandes est un vrai point fort. Nous avons des profils différents au sein de notre cuma, mais lors de cet essai, les différents utilisateurs ont rapidement pris leurs marques au poste de conduite. Côté confort, il faut souligner l’efficacité des différentes suspensions qui permet de rouler vite au champ avec une benne.

Le problème, c’est la cabine : on manque d’espace. Ce tracteur est aussi intéressant de par son gabarit. Il a su rester plutôt compact pour sa puissance. Il braque bien et se montre équilibré et stable sur la route. Des qualités que l’on retrouve aussi au champ. Chaussé avec des pneus de qualité et correctement lesté (1 t sur le relevage avant et 250 kg dans chaque roue arrière), il offre une bonne adhérence au champ. On pourrait peut-être lui reprocher un petit manque de punch avec la benne chargée, mais c’est sans doute lié à un réglage de la transmission typé confort. Au final, ce MF 7S.180 a déclenché la réflexion de l’investissement d’un premier tracteur pour la cuma. »

« Un tracteur qui a la package pour plaire au plus grand nombre » (Matthieu Freulon)

« En France, le nombre de premières immatriculations de tracteurs de 150 à 200 ch a progressé de 20 % entre 2021 et 2023. Un créneau dynamique qui représentait 30 % du marché français du tracteur neuf standard 2023 (8 072 unités). Derrière ces chiffres se cachent des tracteurs polyvalents, performants aux travaux des champs, mais aussi capables de réaliser les missions quotidiennes d’un élevage. Avec sa série 7S, Massey Ferguson propose une diversité de configurations possibles intéressante : 5 modèles, 4 niveaux d’équipement, une transmission powershift ou à variation continue, un chargeur frontal ou non, un circuit hydraulique load sensing de 110 à 190  l/ min, etc.

Autre solide argument pour plaire au plus grand nombre, une interface de conduite facile à appréhender.  Simple mais pas simpliste, l’électronique embarque toutes les fonctions que l’on peut attendre sur ce type de tracteur (voire du segment supérieur) : modulation de dose, contrôle de section, gestion des fourrières, télémétrie, etc. Retenons aussi les petites attentions pour le confort, comme la caméra de recul ou les leviers de décompression. »

« Un potentiel à exploiter sous des allures de simplicité » (Stéphane Chapuis)

« Dans cette gamme de 180-200 ch, très prisée des cuma, le 7S.180 se positionne comme un tracteur intéressant. Son empattement de 2,88 m lui donne du gabarit et donc de la stabilité, gage de confort, de stabilité sur route et d’équilibre en traction forte à basse vitesse. Sa monte de pneumatiques en 1,95 m à l’arrière est cohérente et invite à la générosité au moment de choisir la monte, comme c’est le cas dans notre essai.

Sa principale qualité, qu’il vous faudra exploiter, c’est son embonpoint maîtrisé malgré le gabarit. Oui, il faudra descendre les pressions et le lester raisonnablement et pas qu’à l’avant pour les usages de travail du sol profond, mais ils restent rares, et vous gagnerez à l’alléger pour les travaux rapides, au transport ou à la prise de force. Malgré son angle de braquage, entre son gabarit et sa monte, il ne sera pas le champion incontesté du demi-tour dans la cour de ferme, mais à l’approche de 200 ch, est-ce là ce que l’on attend de son tracteur ? »

Pour plus d’information, retrouvez aussi ces articles sur www.entraid.com :