Du semis au désherbage mécanique: 580.000 € investis à l’Epron

Après de longs mois de réflexion, d’incertitude, de remise en cause des projets…, les adhérents de la cuma l’Epron de Niort-Surimeau (Deux-Sèvres) ont décidé de donner une nouvelle dimension à leur cuma.

La cuma de l’Epron a investi récemment dans plusieurs familles d’outils, dont une bineuse Garford équipée d’une interface de guidage, capable de désherber des céréales sur 6 m.

La cuma de l’Epron a créé de nouvelles activités ou a fait évoluer certaines déjà existantes. Au fil des derniers mois, les adhérents ont pris possession de leurs matériels commandés quelques semaines auparavant.

De quoi semer 300 ha en direct

Tout d’abord un semoir de semis direct Sky easydrill 6 m de largeur de travail. Equipé de 3 trémies afin de s’adapter aux différentes situations: semis multi-espèces de densités différentes, apport d’engrais localisé… Le coût de revient du semoir seul sera inférieur à 30 €/ha pour un engagement initial de 300 ha. Exceptionnellement, cette activité sera réalisée sous forme de prestation, avec un nombre restreint de chauffeurs. Il s’agit de mieux gérer les performances, les réglages et le suivi pendant les périodes de semis. La prestation globale devrait se situer entre 45 et 50 €/ha.

Un rouleau pour détruire 350 ha

Ensuite, un rouleau de destruction des couverts végétaux et des tiges ou chaumes de cultures Dalbo Maxicut 6 m. Son coût devrait être inférieur à 8 €/ha. En effet, il dépasse les 350 ha de travail après une campagne partielle pour un engagement initial de 235 ha.

2 nouveaux outils sur 950 ha de travail du sol

Côté travail du sol, la cuma était déjà équipée de deux déchaumeurs à disques indépendants de 4 et 5 mètres de largeur de travail. Elle a décidé de renouveler celui en 5 mètres, qui ne donnait pas entière satisfaction, par un autre déchaumeur à disques indépendants, Lemken Rubin de 5 m. Elle a complété le parc avec un cultivateur à dents Kuhn Cultimer en 6 m. L’engagement de l’activité globale atteint 950 ha pour un coût de revient inférieur à 8 €/ha.

2 semoirs monograine pour 725 ha

Figure aussi l’acquisition de deux semoirs Väderstad à entraînement électrique: 1 x 6/7 rangs à 75 cm et 1 x 12 rangs à 50 cm, équipé de coupure de rangs par GPS. Les cultures implantées seront diverses: maïs, tournesol, colza, soja. 725 ha sont engagés pour un coût inférieur à 15 €/ha.

Herse étrille et bineuse sur 495 et 550 ha

Côté désherbage mécanique, la cuma était déjà équipée de bineuses pour un inter-rang de 75 cm. Elle vient compléter son offre avec une herse étrille Hatzenbichler de 12 m de largeur. Son coût facturé sera inférieur à 4 €/ha (engagement de 495 ha). Une bineuse Garford est aussi acquise. Cette dernière, équipée d’une interface de guidage, est capable de désherber des céréales sur 6 m (3 inter-rang de 16,7 cm par élément) et les cultures semées au semoir monograine de 12 rangs à 50 cm. Pour ces dernières, la bineuse peut être équipées de socs plats, lames «Lelièvre», socs de buttage, doigts rotatifs et éléments arrières d’étrillage. Le coût devrait avoisiner les 10 €/ha pour 550 ha engagés.

La cuma de l’Epron (Deux-Sèvres) a complété son parc de matériels de semis, travail, du sol, désherbage mécanique, destruction de couverts et traction.

Un tracteur pour moins de dételages

Enfin, elle a opté pour un tracteur destiné en priorité au semis monograine 12 rangs et au binage. Il s’agit d’un New Holland T 6-165, équipé d’autoguidage, d’un jeu de roues standards, d’un jeu de roues étroites et d’un jumelage en roues étroites à l’arrière avec entretoise. Hors saison de semis et de binage, le tracteur sera également utilisé pour du transport ou de l’épandage. Avec un engagement initial de 430 h, le coût maximal sera de 24 €/h. Après 2 mois de livraison, il affiche déjà plus de 300 heures au compteur. Objectif: gagner du temps en limitant les actions d’attelage/dételage de certains matériels et avoir les équipements et la juste puissance adaptés aux situations de travail.

A lire aussi :

Les cuma jouent aussi un rôle dans la diffusion des techniques 

Entraid Vidéos

Les robots deviennent réalité en grandes cultures

Une écimeuse en démonstration dans la Vienne

Le drone ou l’épandeur pour semer le couvert

Changement des pneus du tracteur : protocole et précaution

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement