Betteraves : deux tiers d’herbicides en moins

La cuma des Quatre chemins à Abancourt (Nord) essaie de réduire l'utilisation de produits phytosanitaires sur betteraves grâce au traitement localisé sur le rang. A la clé : jusqu'à 70% d'herbicides en moins. Si beaucoup de planteurs s'intéressent aujourd'hui aux techniques alternatives, le passage à l'acte reste délicat.

La cuma des Quatre Chemins présidée par Jérôme Hary a explore cette voie. Elle a investi dans une rampe auto-directionnelle de pulvérisation localisée « Ecopulv ».
Jérôme Hary, qui a participé à la conception de ce nouvel équipement a testé sur ses propres parcelles l’efficacité du dispositif. Il a effectué deux semaines après le semis de betteraves réalisé le 23 mars, trois traitements localisés en l’espace de 5 semaines, suivis de deux binages : le 14 mai (deux jours après le troisième passage) et début juin. Résultats : ses parcelles n’ont pas été davantage affectées par le salissement qu’un désherbage 100% chimique.

Guidage sur trace
Le système de guidage de l’appareil est assez simple. Au moment du semis, une trace est imprimée au sol par l’intermédiaire d’un disque placé au centre du semoir. Cette trace est ensuite retrouvée et suivie par la roue de guidage (montée sur un parallélogramme) de la rampe. Le principe est efficace sauf peut-être dans certains types de sol excessivement argileux. L’appareil de la cuma est équipé en 12 rangs (disponible aussi en 18 rangs). Soit une largeur de 3m replié et 6,50m déplié. Une treizième buse a été installée à l’extrémité pour désherber les bords de champs. La rampe est constituée de trois tronçons gérés par électrovannes, et régulation électronique. Les jets pinceaux dont l’écartement est réglable, ont une ouverture à 40°. Les buses sont réglées pour pulvériser sur une largeur de 13 cm. La cuve polyéthylène dispose d’une contenance de 1000l. Jérôme Hary qui pilote ce nouvel équipement , a ainsi traité en localisé 35 ha de betteraves au printemps 2012 (sur les 70 ha engagés au sein de la cuma sur cette nouvelle activité). La vitesse de travail moyenne est de 15 km/heure, soit un débit de 3 à 4 ha en moyenne par heure. Le coût d’achat de cet appareil qui s’élève à 17 000€ peut assez rapidement s’amortir grâce aux économies substantielles d’herbicides. D’autant plus que l’appareil peut servir aussi à d’autres cultures telles que maïs, colzas et toutes autres cultures en ligne … La cuma va l’utiliser cette année pour le désherbage des colzas semés avec le semoir à betteraves. Alors que les prochaines réglementations Ecophyto 2014 et 2018 s’annoncent encore plus draconiennes, l’apprentissage de techniques alternatives comme celle-ci s’imposent dès à présent.


Nos photos :  En mai dernier, Jérôme Hary a présenté la rampe de pulvérisation localisée achetée par la cuma. En 2015, la cuma est passée à 36 rangs.
cuma_4_chemins_prsentation_desherbage_localise 

 

 

 

 

 

 

cuma quatre chemins rampe

Entraid Vidéos

Pour éviter que l’agriculture ne s’embourbe… Votez!

Immersion dans un groupe qui progresse

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement