Avis sur l’intercep mécanique à lame Ferrand

Cultures Productions et énergies
Ferrand intercep à lame mecanique

La vitesse de travail avec cet outil Ferrand est de 3 à 6 km/h.

08/11/2018 - 12:00

Quels sont les points forts et les points faibles de l'intercep à lame en montage avant Ferrand?

Partagez cet article: Avis sur l’intercep mécanique à lame Ferrand

Que faut-il penser de l’intercep à lame en montage avant du constructeur Ferrand? Voici les avis d’un viticulteur utilisateur de cet outil mécanique et celui d’un pool de techniciens du réseau cuma, de l’IFV et des chambres d’agriculture.

Les caractéristiques techniques de l’outil

intercep lame ferrand

Tableau des caractéristiques de l’outil mécanique à lame: Intercep Ferrand.

 

L’avis du technicien

Cette lame est un outil d’entretien qui fonctionne sur un axe vertical. Devant cet axe, se trouve une dent réglable qui travaille le sol. Cette lame est équipée d’un brise-motte afin d’émietter le sol, d’un versoir en bout de lame pour un retournement léger de la terre et d’un cure-cep pour désherber au plus près du cep. On peut rajouter le système d’effacement par parallélogramme de la décavaillonneuse sur l’outil à lame pour remplacer l’axe vertical.

Le constructeur met en avant le montage frontal du matériel rendant la conduite plus simple grâce à une bonne visibilité. Ce montage avant permet de combiner avec un autre outil à l’arrière. En revanche, il faudra être vigilant à l’encombrement pour les manœuvres en bout de rang si on a un second outil à l’arrière.

L’avis de l’utilisateur

L’exploitation viticole se situe au nord de Pézenas (34). Le viticulteur utilise la lame Ferrand sur une surface de 20 ha en sol limono-sableux ou argilo-caillouteux selon le secteur. Il a d’abord choisi d’utiliser une lame montée sur un cadre arrière. Suite à un problème de santé du chauffeur, la lame a été montée sur un châssis frontal. Le viticulteur y voit différents avantages : plus de confort, plus de précision au niveau du travail et une meilleure sensibilité de l’outil. Le travail sur châssis frontal permet aussi un travail sur jeunes plants tuteurés avec des bambous, ce qui ne serait pas possible avec un montage arrière.

Le bout de la lame est équipé d’une nageoire mobile permettant le travail du sol. « Je travaille à une vitesse de 2 km/h du fait du faible écartement entre souches qui est de 90 cm. De plus, pour une meilleure efficacité du cure-cep, il ne faut pas qu’il rebondisse sur le cep. » Le viticulteur butte le rang en hiver. Dès que la flore est au stade plantule, il intervient avec l’outil à lame. Dans la saison, l’intercep est passé 3 à 4 fois.

Points forts

  • Bonne visibilité
  • Gestion du dévers et suivi de sol

Points faibles

  • Manœuvrabilité difficile en bout de rang si outils combinés

Cette fiche technique est issue d’un dossier technique composé de 23 fiches publié par la fédération régionale des cuma d’Occitanie pour aider  les vignerons à s’orienter dans le choix des outils interceps pour le désherbage mécanique sous le rang.

L’ensemble de ces fiches est à retrouver dans le dossier technique en ligne : Comment choisir ses outils interceps de désherbage mécanique.

dossier spécial intercep choix des outils

Choisir ses outils interceps : 19 marques testées. Cliquez sur l’image pour accéder au dossier.

Ce travail est le fruit d’une collaboration entre les fédérations de cuma, les chambres d’agriculture et l’Institut Français de la Vigne et du Vin. Les membres du groupe de travail sont:

  • Loïc Pasdois, conseiller agroéquipement viticole de la chambre d’agriculture de la Gironde; Christophe Gaviglio, chargé des expérimentations sur les matériels viticoles et les alternatives au désherbage chimique sous le rang de l’Institut Français de la vigne et du vin,
  • Emmanuel Colin, conseiller agroéquipement de la fpcuma Méditerranée (Hérault, Gard, Aude, Pyrénées Orientales),
  • Raphaëlle Poissonnet, animatrice agroéquipement viticole de la fdcuma du Gers,
  • Marc-Antoine Beauvineau, animateur agroéquipement viticole de la fdcuma de Gironde,
  • Christophe Auvergne, conseiller agroéquipement viticole de la chambre d’agriculture de l’Hérault,
  • Coordination: Marie-Flore Doutreleau, chargée de mission agroéquipement et agroécologie de la frcuma Occitanie.
Publicité
Simple Share Buttons