Idée reçue 2: L’herbe n’est pas un levier efficace pour améliorer l’autonomie protéique

L’herbe offre de vraies opportunités de production des protéines fourragères. L’éleveur qui fauche avec l’idée de maximiser la qualité de sa récolte sécurise déjà sa réussite. Et avec le pâturage, la prairie compile l’argument économique.

Le pâturage est le levier prioritaire pour gagner en autonomie protéique. Il demande cependant d’avoir suffisamment de prairies proches du bâtiment d’élevage, des accès stabilisés et une gestion des paddocks rigoureuse (©Ronan Lombard).

Miser sur la culture d’herbe est le premier levier à actionner sur l’élevage de ruminants qui veut maximiser son autonomie protéique. Et avec le pâturage, elle devient imbattable sur le plan économique. C’est la valorisation de l’herbe la plus simple et la moins coûteuse. La vache (dans le cas des élevages bovins) fait le travail. En même temps qu’elle résout les problèmes liés aux chantiers de récolte, à la conservation et à la distribution, elle réalise gratuitement l’épandage d’engrais organique. Magique !

La qualité, facteur déterminant de la réussite des récoltes mécanisées en l’autonomie protéique

Mais même avec une récolte mécanisée, du stockage et une distribution, l’herbe reste une solution de premier ordre pour couvrir le besoin protéique du cheptel. Et l’éleveur dispose même de plusieurs choix de récolte qu’il est possible de classer en deux catégories. La voie humide regroupe l’affouragement en vert, l’ensilage et la méthode de l’enrubannage. De l’autre côté, la voie sèche correspond au foin (en vrac ou en botte) ou aux fourrages déshydratés.

Ensemble d'affouragement Pöttinger

L’affouragement en vert ou le séchage sous abri sont des solutions possibles pour valoriser l’herbe. Mais ils nécessitent des équipements spécifiques (©Ronan Lombard).

Il existe alors une grande diversité de chaînes de récolte possibles. Le choix de cet itinéraire doit se faire en fonction du mode de récolte et non l’inverse. Pour le décider, l’éleveur doit intégrer plusieurs paramètres: son objectif de valorisation (type d’animaux à nourrir, importance du fourrage dans leur ration), les conditions de séchage au moment de la récolte et les équipements de stockage et de distribution dont il dispose. Dans tous les cas, c’est la qualité du fourrage récolté qui sera déterminante dans l’apport de protéines au système fourrager et l’optimisation de l’autonomie protéique.

Retour au sommaire – toutes les idées reçues

À lire aussi :

La méthanisation sert l’autonomie fourragère

Une cuma investit pour affourager en vert

La cuma de Saint-Bonnet-le-Château réorganise ses chantiers d’ensilages

Entraid Vidéos

Les bons réglages de l’ensileuse contribuent à la qualité du maïs fourrage

Prévoir la date d’ensilage selon la floraison

Valorisation des couverts végétaux : récolter ou enfouir ?

6 août 2020 : la Cuma de Blanzay sort l’ensileuse

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement