Interceps sur jeunes plants de vigne: démo en Occitanie

En région
Les plantiers de vignes peuvent être endommagés par les outils interceps, d'où l'importance des réglages.

Le Président de la Fdcuma Thierry Payrou remercie le Domaine du Mas St Nicolas à Ponteilla d’accueillir la démonstration, les deux vignerons qui ont prêté des tracteurs, ainsi que les concessionnaires et constructeurs participants : Braun avec les établissements Galy, Clemens présenté par les établissements José Mora, David avec les établissements Xambili Agri, Ferrand distribués par la CIAM Agridelta et le constructeur Egretier.

12/04/2019 - 18:00

Objectif de la démo du 10 avril : présenter aux viticulteurs une gamme de solutions mécaniques de travail du sol sur le rang adaptées aux plantiers, en alternative à l’usage des produits phytosanitaires. Des outils qui peuvent s’acquérir en cuma, indique la fédération des cuma des Pyrénées orientales.

Partagez cet article: Interceps sur jeunes plants de vigne: démo en Occitanie

Les Fédérations des cuma Occitanie et Méditerranée en partenariat avec la Chambre d’Agriculture des Pyrénées orientales ont organisé, le 10 avril, une journée de démonstration de matériels intercep sur plantiers à Ponteilla.

Les enjeux environnementaux et sociétaux actuels amènent les exploitants viticoles à s’interroger sur leurs pratiques culturales et à envisager d’autres solutions techniques pour le désherbage sur le rang de vigne avec l’utilisation d’outils inter-cep.

La clé: le positionnement du tuteur

Cette opération peut néanmoins être délicate sur des jeunes vignes car ces outils peuvent être agressifs. Il faut donc choisir des matériels adaptés et maîtriser les réglages.

Pour le technicien de la chambre d’agriculture, Eric Noémie, « les outils présentés sont les mêmes que ceux utilisés sur vigne adulte, mais leur utilisation sur plantiers nécessite des réglages spécifiques pour ne pas abîmer les plants et des aménagements de la parcelle. »

Le technicien machinisme des cuma Emmanuel Colin rappelle « l’importance de la position des tuteurs, qui doivent être de bon diamètre, attaché au fil porteur et surtout bien positionnés, près du plant ».

Il précise que le tuteur doit être solide, bien planté et correctement attaché au fil porteur. Trop éloigné du plant, il peut conduire l’outil à l’endommager: l’effacement, déclenché trop tôt, entraîne un rabattement des parties agressive sur le bois, et non autour.

Les résultats techniques sont dans l’ensemble bons pour tous les matériels avec l’obtention d’un rang propre sans dégâts sur les jeunes plants. A noter que l’essai se déroulait sur une vigne à faible pierrosité et dans de bonnes conditions de sols (sols ressuyé après pluie).

Des viticulteurs motivés

Avec plus de cinquante participants, viticulteurs et étudiants du CFFPPA  étaient présents pour observer le matériel et le résultat des passages sur le vignoble. Les producteurs, vignerons en cave particulière ou coopérateurs, ont pour certains le projet d’une conversion en agriculture biologique mais de nombreux participants réfléchissent à faire évoluer leurs pratiques en supprimant les désherbants sans pour autant être labellisés en AB.

Cette démonstration a été mise en place suite aux réflexions menées dans les groupes Dephy Ferme du département, accompagné par le technicien de la chambre d’agriculture Eric Noémie, qui rappelle que les vignerons de ces groupes sont précurseurs pour la mettre en place de nouvelles pratiques, il fait également le constat de la baisse d’efficacité des herbicides homologués sur plantiers.

Des aides existent…

S’équiper avec de tels matériels représente cependant une charge élevée pour une exploitation, la gamme de prix allant de 12000 à 18000 €. Des aides du Conseil Régional, de l’Europe et de l’Agence de l’Eau existent pour l’achat de ces matériels par des exploitants ou en cuma, dans le cadre du dispositif PCAE 413 : subvention de 40% sur le montant HT du matériel, bonifiés de 10% pour le Jeunes Agriculteurs et de 20% pour la mise en œuvre d’une Maec ou si conduite en Agriculture Biologique.

La date limite de dépôts des dossiers est le 27 juin 2019 (attention : il faut déposer le dossier avant de commander et d’acheter le matériel). Pour plus d’informations, consulter le site internet du Conseil Régional. La Chambre d’Agriculture peut vous accompagner pour monter le dossier d’aide : contacter le Service Entreprises de la Chambre d’Agriculture au 04 68 35 85 97.

En complément de ces aides aux investissements, la Région, l’Europe et l’Agence de l’eau RMC apportent un financement à l’organisation des démonstrations de matériels organisées par les fédérations des Cuma et les Chambres d’Agriculture.

A noter : les prochaines démos

Les démonstrations à venir : pulvériseurs à disques et cadres viticoles à dents, le mardi 14 mai à Baixas. Puis au mois d’octobre à Espira-de-l’Agly : épandages de fertilisants organiques et semis de couverts végétaux.

 

A lire également : le dossier « Choisir ses outils interceps: 19 marques testées« 

Florence Grabulos
Publicité
Simple Share Buttons