Les relations humaines au cœur de l’organisation du travail

Agriculteur et éleveur, Grégory Bocquillon a repris récemment la présidence de la cuma de l’Antenne. Pour lui, les échanges et le travail en groupe lui font gagner du temps dans son organisation.

« C’est difficile de créer une dynamique, mais une fois que c’est lancé, tout le monde est unanime pour ne pas revenir en arrière », sourit le jeune éleveur (ici à droite sur la photo, accompagné de l’ancien président de la cuma).

«J’ai toujours été intéressé par la cuma. C’est un des leviers pour réduire les charges sur les exploitations. C’est aussi l’occasion d’avoir du matériel performant et à moindre coût. Cela me permet de conserver du temps pour l’élevage», explique Grégory Bocquillon, président de la cuma de l’Antenne depuis septembre 2019. Située à Servins dans le Pas-de-Calais, elle compte une trentaine d’adhérents.

Se sentir impliqué et concerné

«Dans un groupe de 35 adhérents, c’est difficile de contenter tout le monde. Avec le bureau, nous prenons les décisions après concertations auprès des adhérents», commente le jeune président. «Je m’interroge sur la nécessité de créer des plus petits groupes, soit par matériel, soit par activité, de sorte que chacun s’implique davantage dans les choix qui le concernent.»

Pour répondre à ses spécificités, chaque exploitation dispose de son propre matériel de récolte, exceptée la faucheuse qui reste collective.

Ainsi, «chacun est libre de gérer sa moisson selon ses contraintes», précise Grégory. «Dans le groupe betteraves, un seul adhérent gère les semis pour tous les autres. En ce qui me concerne, ça m’offre plus de souplesse. Je peux me consacrer davantage à mes animaux. Nous payons une prestation qui correspond au coût du tracteur et de la main-d’œuvre. Pour gagner du temps, nous adaptons aussi la largeur du matériel.»

Un travail bien planifié est déjà à moitié terminé

Dans quelques jours, la cuma proposera à tous ses adhérents un outil de service en ligne, myCuma Planning, pour la réservation de matériels et la saisie des temps de travaux. «80% de nos outils se trouvent chez un seul exploitant du groupe qui doit coordonner les nombreux appels en période de pointe pour gérer le planning du matériel. La frcuma nous a proposé l’outil myCuma Planning. Nous allons l’utiliser sur l’ensemble du matériel. Des boîtiers équiperont également tous les outils pour comptabiliser les heures travaillées. Dans un premier temps, nous appareillerons la faucheuse car c’est la prochaine activité à gérer en commun. Cela nous évitera de faire les relevés sur un carnet, ce qui est long et un peu archaïque», reconnaît le président. «Nous pourrions faciliter encore notre organisation en mettant en place un bâtiment commun pour tout le matériel. J’aimerais bien aussi que la cuma embauche des salariés pour nous soulager pendant les périodes intenses».

Cuma de l'Antenne

Hélène Deleye, adhérente de la cuma de l’Antenne, a repris le flambeau à la retraite de son père. «La cuma me permet d’utiliser du matériel tels que l’épandeur à fumier ou le télescopique, à la fois pour mes grandes cultures et mes productions maraichères en début de saison. » Pour elle, la cuma a son importance car elle permet de réduire ses coûts mais aussi d’entretenir des liens avec les autres. « Confronter les avis ou participer à des démonstrations de matériels représentent des temps d’échanges importants selon moi.»

Allier nos forces pour progresser

«Je suis optimiste pour l’avenir de notre agriculture. Nous aurons toujours besoin de nous, producteurs et éleveurs. Par contre, tout seul, l’activité n’est pas tenable. Nous nous améliorons et progressons grâce aux autres. L’union fait notre force!»

Article extrait du numéro spécial Entraid’ Hauts-de-France – Mai 2020.

Entraid Vidéos

4 astuces faciles en termes de reconnaissance

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

Quels sont les risques liés à un manque de reconnaissance?

Comment dire à son salarié que l’on n’est pas satisfait de son travail?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement