Comment valoriser le bois et les haies bocagères ?

En région
valeur du bois sur l'exploitation

Pour ses prestations d'abattage, la cuma Compost 71 utilise une tête de 3T montée sur une pelle Liebherr 926 Compact.

15/10/2018 - 12:00

Sur une exploitation agricole, la gestion de la ressource "bois" vient souvent en dernier sur la liste des tâches, voire est supprimée par manque de temps. Avec son événement MécaBois, Cuma Bourgogne Franche-Comté a souhaité faire redécouvrir à ses adhérents la valeur économique de cette ressource.

Partagez cet article: Comment valoriser le bois et les haies bocagères ?

MécaBois 2018 s’est tenu le 11 octobre Saint-Julien sur le Suran (dans le sud du Jura). « L’objectif de cette journée est de faire redécouvrir la valeur de la ressource bois sur les exploitations » explique Jean-Philippe Rousseau, directeur de Cuma Bourgogne Franche-Comté, « et expliquer comment valoriser les haies bocagères et plus généralement le bois ».

Solliciter les communes

L’occasion également de rappeler l’intérêt des cuma pour la valorisation des matériels d’entretien des haies, et que ces matériels sont éligibles auPCAE en Bourgogne Franche-Comté.

Aujourd’hui, en moyenne dans la région, une épareuse en cuma est utilisée 200 h/an pour un coût moyen facturé de 28 €/h (chiffres Cuma Bourgogne Franche-Comté).

Il est également important de penser à solliciter les communes dans ce type d’investissement pour augmenter le nombre d’heures d’utilisation.

1 km de haie haute = 60 à 90 t de MS sur pieds

Il faut retenir qu’en 10 ans, 1 km de haie produit 2 à 9 tonnes de matières (chiffres Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire) dont :

valeur du bois sur l'exploitation

Pour une utilisation des plaquettes en litière, il est possible d’opter pour un mélange avec de la paille (50/50).

La Chambre d’agriculture complète ces chiffres en précisant que, dans le cas d’un raisonnement en bois énergie, « il faut laisser pousser en moyenne 10 ans (sauf en cas d’attaque de ronces), et que pour la récolte, il faut couper à 10 m du sol et émonder les branches latérales. Après cette coupe sévère, les arbustes reconstituent une touffe bien dense en 2 ans. »

Côté pouvoir calorifique, 1 MAP (mètre cube apparent plaquettes) correspond à 90 litres de fioul, soit environ 900 kW.

Des démonstrations et des nouveautés

En complément de la théorie, place à la pratique ! Parmi les démonstrations de la journée, la cuma Compost 71 était à la manœuvre pour montrer l’efficacité de sa tête d’abattage.

Cette cuma départementale a réalisé en 2017 entre 300 et 350 heures d’abattage avec sa pelle Liebherr 926 Compact. Dans le cadre de production de plaquettes, le travail d’abattage est complété par un déchiquetage réalisé par la cuma Terr’eau.

Pour en savoir plus, Valoriser le bois en litière.

Autre démonstration qui a trouvé son public : le broyage de souches (broyeur Bugnot de 2,60 m monté sur un Claas Xérion).

 

En complément des démonstrations, les visiteurs ont pu découvrir sur les stands des exposants diverses solutions pour la production du bois de chauffage, l’entretien des clôtures, etc.

A lire également :

[Nouveautés vues au Space 2018] Broyer, trier, tracter, mélanger et fendre

L’arbre dans tous ses états et au service du système d’élevage

[Deux-Sèvres] Valoriser 100 % des haies bocagères

Publicité
Simple Share Buttons