[MécaBois] Valoriser le bois en litière

En région
valoriser le bois en litière pour les bovins

Déjà connues depuis quelques années, les litières à base de plaquettes de bois devraient trouver leur public cette année dans un contexte de pénurie de paille et de prix qui flambent.

11/10/2018 - 08:00

A l'occasion de l'événement MécaBois, qui se tient ce 11 octobre à Saint-Julien-sur-Seran dans le sud du Jura, focus sur la valorisation du bois de l'exploitation en litière pour bovins. Une méthode dont l'intérêt est renforcé par l'actualité et un prix de la paille qui flambe.

Partagez cet article: [MécaBois] Valoriser le bois en litière

A l’initiative de quelques agriculteurs de la Saône-et-Loire, la cuma compost 71 a été créée en 2002 pour proposer un service de compostage. D’une quarantaine d’adhérents au départ, elle compte aujourd’hui près de 400 utilisateurs.

Valoriser le bois en litière

En 2016, après deux années de réflexion, elle décide d’investir dans un matériel qui permet de couper le bois. En effet, l’objectif de cet investissement est de permettre aux agriculteurs de valoriser le bois présent sur les fermes et aussi de travailler en toute sécurité. Pourquoi parle-t-on de valorisation ? Le bois peut être utilisé pour la litière des bovins !

A lire sur le sujet :

[Allier] Plusieurs exploitations du département utilisent les plaquettes de bois comme litière.

[Saône-et-Loire] Les litières en plaquettes de bois séduisent de plus en plus les éleveurs bourguignons.

valoriser le bois en litière

Utilisées en litières pour bovins, les couches de plaquettes de bois offrent un bon effet drainant.

Économiser de la paille

Après quelques années de recul, cette technique mise en application dans les fermes d’élevage est efficace. Car elle permet d’économiser de la paille et de gagner du temps. Comment ça marche ? La cuma compost 71 intervient sur demande des agriculteurs pour couper le bois. Ensuite, la cuma Terr’eau gère le déchiquetage et les agriculteurs stockent les plaquettes à l’abri. Puis, après 3,5 à 4 mois de séchage, une première couche de litière de bois de 8 cm est étalée dans la stabulation. Elle sera efficace de 12 à 15 jours selon l’alimentation et la densité des bovins.

Une seconde couche (8 à 10 cm) est de nouveau apportée. Ensuite, elle sera recouverte de paille dans les 15 jours qui suivent. Ainsi, la litière sera plus facile à entretenir, car les couches de plaquettes auront un effet « drainant ».

Se faire conseiller dans les choix des coupes

Mais avant cela, il est nécessaire de gérer les ressources présentes sur l’exploitation. L’aide d’un technicien peut alors être pertinente pour aider ou conseiller l’éleveur dans le choix des coupes à faire, les essences et la sélection. Le bois et les haies présentes sur les fermes retrouvent ainsi un intérêt. L’objectif est, dans certaines situations, de passer des haies basses aux haies hautes après « expertise » de l’orientation, des essences, des besoins.

valoriser le bois en litière

Il est possible d’obtenir des renseignements plus précis auprès des éleveurs qui pratiquent. N’hésitez pas à vous rapprocher de votre fédération.

Combien ça coûte ?

Sur une vingtaine de chantiers en Saône-et-Loire, le prix de revient coupe + déchiquetage était en moyenne de 10.05 €/MAP (mètre cube apparent plaquettes).

A lire sur le même sujet :

[Mayenne] L’arbre dans tous ses états et au service du système d’élevage

[Haute-Vienne] Un cribleur maison pour des plaquettes de qualité

[Litière de bois] Témoignage d’Yves Fradin, éleveur et utilisateur de plaquettes en litière depuis 7 ans

[Nièvre] Zoom sur les litières de bois bocager

Par Marie-Jo Beauchamp
Publicité
Simple Share Buttons