Naissance d’un pneu

Les pneus agraires sont fabriqués selon un procédé qui fait appel à un savoir-faire manuel. Au fil des étapes, la matière mise en œuvre subit des transformations spectaculaires, comme le montre ce reportage chez Alliance.

Matériau essentiel : la gomme. L’usine d’Hadera (Israël), une des trois usines Alliance/ATG en prépare 634 nuances différentes.

Première étape: la toile

Première étape: la toile.

Première étape de la confection du pneu : ce cylindre de toile, du même diamètre que celui de la jante, mais beaucoup plus large (ici ce sera un 1050/50R32).

La gomme

Toile de pneu

L’opérateur pose sur les toiles différentes bandes de gomme, qui formeront le talon, les flancs, etc. Précision et habilité s’imposent.

Allez on gonfle !

bobine

Le cylindre est ensuite placé sur un support qui va le gonfler pour une donner une forme ovoïde. Un apport complémentaire de gomme sous forme d’un ruban étroit enroulé en couches successives amène ce qui formera essentiellement la bande de roulement.

On commence à deviner le pneu.

Naissance du pneu

La «chose», désormais, ressemble vaguement à un pneu…

Chaud devant !

Vulcanisation

Dernière étape, la vulcanisation, dans un moule chauffé à environ 85°, sous 28 bars (ici un 28LR26).

Le résultat

Le pneu final

Le pneu terminé devra encore passer les différents contrôles qualité.

Entraid Vidéos

Essai Fendt One 724: Numéro 1?

Essai Massey Ferguson 8S: quelle cabine, quel confort!

Optimiser la puissance de l’ensileuse à l’herbe

Andaineur à tapis: même à 60.000€, les coûts s’évaporent

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement