Absorber le coût de la main d’oeuvre du désherbage mécanique

Partager sur

Absorber le coût de la main d’oeuvre du désherbage mécanique

Les activités semis et binage sont proposées en service complet aux adhérents de la cuma.

Les activités semis et binage sont proposées en service complet aux adhérents de la cuma. La particularité : le salarié dépend d’un groupement d’employeurs. Pour chaque adhérent, la surface désherbée va de 12 à 60 ha. Pas besoin d’être nombreux ou d’avoir beaucoup d’hectares pour proposer un service attractif !

SOMMAIRE

7 adhérents pour une bineuse

Pour une organisation optimale du désherbage mécanique, les 7 adhérents de la cuma du plateau du Ger (65320) disposent d’une bineuse caméra. Son rendement est de 150 ha/an et 35 ha/jour maximum. Il s’agit d’un modèle Carré Econet Precicam 8 rangs (80 cm). Son coût est de 25 000€, pour un modèle de 2015. Concernant le tracteur, c’est un modèle Fendt 716 avec Guidage RTK. Pour un modèle de 2017, il faut compter 120 500€.  Sa consommation en GNR est de 7 l/ha.

La cuma dispose d’un chauffeur salarié par groupement d’employeurs externes.

désherbage-mécanique-efficace

Les 7 adhérents se partagent la bineuse pour un désherbage mécanique efficace.

La cuma du plateau du Ger et son contexte pédoclimatique

La pluviométrie sur le secteur est importante : 1200 mm/an. Le sol est majoritairement de type terre noire et boulbènes avec présence de cailloux. La terre noire a la particularité d’être une terre fertile. Les sols sont souples et riches en matière organique conférant une très bonne structure, avec une bonne réserve hydrique. Ces conditions impliquent néanmoins un salissement important. C’est pourquoi, durant la saison, les adhérents binent jusqu’à 3 à 4 fois.

Ecartement et types de cultures conseillées en 2022

  • pour le maïs : 80 cm
  • pour le soja : 80 cm

Débit de chantier et éloignement des parcelles

Idéalement, un rayon de 25 km doit séparer les parcelles. Le débit de chantier, quant à lui, est de 3 ha/h.

Taille et typologie des parcelles

Les parcelles sur le territoire de la cuma du plateau du Ger sont plutôt plates. En superficie, elles couvrent entre 0,4 et 15 hectares.

Une organisation en amont pour un désherbage mécanique optimal

Le responsable établit une première organisation des chantiers de désherbage mécanique selon les dates de semis réalisés chez chaque adhérent. Dès qu’un adhérent est prêt, il prévient le responsable de l’activité (2 à 3 jours avant). Ce dernier contacte ensuite l’ensemble du groupe pour demander à tous s’il est possible de démarrer la tournée. Celle-ci est également conditionnée selon le parcellaire. Le responsable organise les déplacements et l’enchaînement des prochains chantiers en cherchant à optimiser les déplacements.

Le service complet garantit la performance du chantier et permet de libérer les adhérents de cette tâche. C’est notamment ce qui avait motivé le lancement d’un tel service. La mobilisation du salarié et du tracteur est prioritaire pour le binage.

Une organisation de désherbage mécanique suivie et bien réfléchie

Le chauffeur réalise un suivi par chantier en temps réel sur tablette. A la fin de la saison, cela permet de faire des ratios (surfaces travaillées, temps de déplacement, débit de chantier…) pour évaluer la performance des chantiers et ainsi entrevoir les pistes d’améliorations possibles. Grâce à cette organisation, le coût du service proposé est maîtrisé et attractif par rapport à un entrepreneur.

Des chantiers plus performants

Les adhérents de la cuma du plateau du Ger arrivent à maîtriser les coûts et l’organisation du désherbage mécanique grâce à des investissements raisonnés. La présence de leur salarié permet une nette amélioration des conditions de travail pour les exploitations et s’organiser en amont augmente la performance des chantiers. Les problématiques concernent la zone géographique étendue et la nécessité d’agir vite. En effet, la présence d’adventices est forte sur les terrains avec une telle surface.

Organisation du désherbage mécanique : une bineuse plus large

Pour limiter les passages du tracteur et optimiser l’organisation des chantiers de désherbage mécanique, la cuma a opté pour une bineuse plus large (passant de 6 à 8 rangs). Au vu des différentes cultures à biner et de la largeur de la bineuse, les adhérents avaient besoin d’un équipement fiable, d’où le choix du guidage actif d’outil. A l’usage, sur maïs, les palpeurs pourraient être suffisants mais la caméra est indispensable sur soja.

Comment bien choisir sa bineuse?

Une révision annuelle

La bineuse est amortie sur 12 ans. Le but étant de la garder au-delà de cette durée. La révision complète est réalisée chaque année par le chauffeur à la fin de la saison. La maintenance concerne les pièces d’usure (socs, étançons). A noter que le matériel de guidage est sensible aux vibrations, à la poussière et à l’humidité.

Toujours bien anticiper l’organisation du désherbage mécanique

C’est la bonne cohésion du groupe qui permet de réfléchir et d’optimiser l’organisation du désherbage mécanique. Le travail à réaliser est toujours bien optimisé pour évaluer la performance des chantiers, dans le but de s’améliorer.

8 exemples qui démontrent que le désherbage mécanique en cuma, c’est possible !

Pour plus d’information, retrouvez aussi ces articles sur www.entraid.com :