ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Les cuma achètent des distributeurs d’engrais

Partager sur

Les cuma achètent des distributeurs d’engrais

La marque Amazone se détache assez nettement avec 42 % des ventes des appareils neufs de moins de 10 ans dans le Grand-Est.

Dans le Grand-Est, les cuma semblent avoir une longueur d'avance en matière d'équipement de distribution d'engrais. Analyse du parc de matériel dans cette région.

À l’heure des intrants à prix élevé, la question des apports d’engrais précis et réguliers est d’autant plus importante. Les cuma du Grand Est n’ont pas attendu les dernières flambées pour s’intéresser à ce sujet et pour certaines, ce genre de matériel existe depuis près de 10 ans. L’analyse du parc matériel se limite volontairement aux “grandes cultures”, même si des groupes de viticulteurs possèdent aussi ce genre de machine, mais en moindre mesure, notamment en Alsace. Portrait robot de l’épandeur d’engrais en cuma.

Epandeur d’engrais en cuma: 3 marques pour 80% des ventes

L’approche géographique est assez flagrante. Sur les 171 distributeurs observés, 70% sont présents en Champagne-Ardenne, et si l’on détaille par département, les cuma de l’Aube détiennent une bonne cinquantaine de machines. On y retrouve des achats faits en zone de grandes cultures à fort potentiel. Avec donc des usages réguliers pour lesquels un distributeur doit être performant. Sur ces secteurs, la majorité des modèles sont haut de gamme, avec pesée, et cuve de grande capacité. La marque Amazone se détache assez nettement avec 42% des ventes des appareils neufs de moins de 10 ans. Derrière Kuhn et Sulky font jeu égal avec 16% chacun, ce qui laisse peu de place aux autres marques. Quand les besoins sont clairs et importants, les groupes n’hésitent pas à aller vers du haut de gamme. Avec par exemple le modèle Amazone ZA-TS qui représente 60% des ventes de la marque au sein des cuma. Le profil de cet appareil est d’une capacité de 4.200 litres, avec la pesée et le dpa pour des budgets de 25.000€ en moyenne. Notons que les achats les plus récents et les plus équipés dépassent aujourd’hui les 32.000€.

De 15 à 22.000€ en 10 ans

Ensuite, le rythme de renouvellement de l’épandeur d’engrais en cuma évolue généralement entre six et sept ans. Cela amène une régularité dans les achats annuels. Entre 2012 et 2022, la valeur d’achat moyenne est en forte augmentation. Mais avec des niveaux de technicité en progression. On passe de 15.000 à près de 22.000€ de valeur moyenne, mais avec la pesée dorénavant dans plus de 90% des cas et très souvent des options de dpa (débit proportionnel à l’avancement) et de modulation. Les puissances de relevage des tracteurs permettent aussi d’envisager des cuves de 4.000 litres et plus. En outre, les ventes d’appareils en 2.500 litres ont quasiment disparu dans les cuma. En plaine de Champagne, l’utilisation de ravitailleurs semi portés a connu ses adeptes, mais cela reste une exception en cuma. De même les appareils semi-portés de grosse capacité, prévus pour faire des pulvérulents et autres engrais de fond ne sont que rarement achetés en groupe, car ils représentent un budget important et sont aussi concurrencés par des formules “globales” proposées par des groupes coopératifs ou autre. À noter que les achats d’épandeur d’engrais d’occasion demeurent largement minoritaires. On les retrouve en secteur élevage dans des groupes qui n’ont que de faibles surfaces et restent sur des modèles simples.

Choix des engrais

Les cuma qui ont choisi d’investir dans ce type d’outil fonctionnent au tonnage, à l’hectare ou aux deux unités. Ces informations sont assez faciles à relever grâce aux boîtiers de commande. La réussite tient plutôt dans l’organisation de la logistique. Mais aussi de la capacité des adhérents à maintenir un niveau d’entretien correct, indispensable pour des machines sensibles à la corrosion. La cohérence dans le choix des engrais est aussi un facteur de réussite en groupe, par le fait de réglages assez similaires chez chacun. L’avenir de ce type d’outil en cuma passe de plus en plus par le haut de gamme, avec une possibilité de s’adapter facilement à des fractionnements d’ apports, d’obtenir des informations précises et traçables et dans certaines situations d’avoir un tracteur dédié, équipé isobus pour plus d’efficacité. Enfin, à lire dans la même série: Portrait robot du pulvérisateur en cuma: capacité, largeur, prix. Achat de semoir monograine en cuma: tendances et chiffres clés. Coût, puissance, marque: portrait robot du tracteur des cuma du Grand Est.