ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Le groupement d’employeurs, c’est du gagnant-gagnant

Partager sur

Le groupement d’employeurs, c’est du gagnant-gagnant

Tout commence en avril 1999, lorsque la cuma des coteaux de la Gelise recherche un chauffeur de moissonneuse-batteuse (photo d'illustration, crédit: New Holland).

Pour tous les agriculteurs qui ne peuvent embaucher un salarié à temps plein, le recours à un groupement d’employeurs est une bonne solution, côté employeur et côté salarié. Christophe Lanau est salarié du Groupement des 4 saisons depuis sa création.

Originaire du milieu agricole avec des parents exploitants, Christophe Lanau n’a jamais souhaité s’installer, ni prendre la suite de la ferme familiale. Étant jeune, il opte pour un brevet de machinisme et pour la mécanique. Il travaille une dizaine d’années chez deux entrepreneurs de mécanique agricole. «En fait, j’ai été embauché à la création du groupement d’employeurs des 4 saisons, en avril 1999. A cette époque, la cuma des coteaux de la Gelise recherchait un chauffeur de moissonneuse-batteuse. Et moi, je sortais d’une mauvaise expérience professionnelle, j’aspirais à autre chose.»

Salarié du groupement d’employeurs des 4 saisons: une vraie polyvalence

Christophe devient ainsi le premier salarié du groupement d’employeurs, qui comptent trois salariés dont deux équivalent temps pleins. Il intervient chez des adhérents de deux cuma voisines, la cuma des côteaux de la Gélise dont le siège est à Mézin (47) et la cuma de la Ténarèze, réunissant à elles deux une soixantaine de membres. «Au départ, j’étais tout seul, j’allais chez pas mal d’adhérents, principalement pour les moissons, les conduites de matériels, l’ensilage et les travaux de la vigne, notamment la taille, qui représentaient une part plus importante à l’époque. Aujourd’hui, je travaille principalement sur deux exploitations dont une en bio.»

Christophe Lanau, salarié du groupement employeurs des 4 Saisons.

Christophe Lanau n’a jamais souhaité s’installer, ni prendre la suite de la ferme familiale. Il est salarié du groupement d’employeurs des 4 Saisons depuis 1999.

Au fil des années, les matériels acquis par la cuma ont considérablement évolué avec les équipements électroniques. «La grande diversité des outils et des matériels m’ont considérablement fait évoluer. Au fil des ans, j’ai développé une vraie polyvalence: travail du sol, semis, entretien des matériels, en plus de la mécanique.  Même si les moissons et les conduites de machines demeurent le plus gros du travail aujourd’hui, les tâches qui me sont confiées sont diversifiées avec un certain niveau de responsabilités, précise Christophe. C’est un des aspects de mon boulot, le plus intéressant. J’aime bien lorsqu’on me demande mon avis quand  un nouveau choix technique ou matériel est à l’étude. Je me sens considéré.»

Christophe Lanau assure l’entretien régulier du matériel et une veille plus pointue sur l’état des machines en réalisant les réparations les plus courantes. «Ce que j’apprécie également, c’est d’être autonome dans mon travail.» Il le dit tout net: il n’a aucun regret de ne pas être patron.

Pas de regrets

En vingt-deux ans, Christophe Lanau a appris à connaître, chaque adhérent du groupement d’employeurs des 4 saisons, chaque exploitation, la moindre parcelle de terre. «Certains jeunes, je les ai connus gamin, cela facilite les rapports humains. Au fil des années, il s’est noué une vraie relation de confiance entre les adhérents du groupement et moi. On peut se dire les choses, même si on a des points de vue différents. C’est sain et moi, je sais où je vais.»

Christophe Lanau a un jeune collègue, Matthieu, arrivé il y a un peu plus d’un an. Il a aussi à cœur d’accompagner son collègue, de le former, de transmettre ce qu’il a appris. «Un jeune qui est volontaire et qui a envie, peut progresser et vivre correctement en tant que salarié agricole. Il y a des besoins dans notre secteur d’activité.»

Enfin, à lire également:

Vrai ou faux: la vérité sur les groupements d’employeurs.

Que choisir entre employeur et groupement d’employeurs?

Ai-je le droit d’appliquer les mêmes règles entre un salarié « classique » et un salarié de groupement d’employeurs?