L’Ouest : une terre de production laitière

Partager sur

L’Ouest : une terre de production laitière

La vocation laitière du bassin d'élevage de l'Ouest reste forte.

Tout en soulignant la diversité des élevages sur les territoires, le Space met cette année un accent sur la production laitière, emblématique du bassin agricole et de ses enjeux.

L’avenir du bassin d’élevage du Grand-Ouest, se conjugue toujours avec le lait. Derrière l’érosion des effectifs, « nous restons sur des zones très laitières », observe Benoît Rouillé (Idele) qui intervenait lors d’une conférence de présentation du Space 2024. Bretagne, Normandie et Pays de la Loire regroupent en effet 53 % de la production des laits français. Une vache laitière sur deux vit dans ctte zone où la concentration des effectifs est en marche. Mais le rythme est moins rapide qu’ailleurs sur le continent.

28 800 exploitations laitières dans le Grand-Ouest

« La moyenne arrive aujourd’hui à 90 vaches par exploitation. » Le chef du service Climat d’Idele détaille aussi : « On remarque que deux types de structures se démarquent. » D’un côté, des entreprises qui font vivre deux ETP et où le cheptel a tendance à rester proche de la soixantaine de vaches. De l’autre, une voie où un collectif de travail s’organise et assemble un troupeau beaucoup plus conséquent. L’analyse souligne en même temps des signaux porteurs d’optimisme. L’engagement d’une majorité d’élevages dans l’amélioration de leur bilan carbone en est un. La motivation de jeunes en formation en est un autre : « Merci pour votre intervention ! C’est très réconfortant d’imaginer que vous serez nos futurs collègues », adresse Benoît Rouillé aux deux étudiants invités ce jour-là à exprimer leur regard sur les métiers de l’élevage.

Les éleveurs font entendre leur voix

En attendant l’édition des 17, 18 et 19 septembre prochains, le salon donne rendez vous sur sa chaîne Youtube. Une web-série y propose une immersion dans cette filière laitière dynamique et riche. Milky Ouest : Rendez-vous en terres de lait, veut « faire entendre plusieurs voix sur la production laitière », précise le président du Space Marcel Denieul. De son côté Anne-Marie Quéméner, commissaire générale, soutient : « Dans chaque épisode, on retrouvera un éleveur interviewé. L’idée est à chaque fois de partir du besoin des éleveurs et d’illustrer comment il trouve des réponses avec son environnement. »

production-laitière

Derrière la Limousine, à l’honneur cette année, un panel riche de races allaitantes partage aussi le ring et les allées de présentation.

La performance pour faire rentrer la diversité au Space

Au-delà de ce focus sur la production laitière, l’événement insiste enfin sur une notion de diversité. Le responsable des présentations animales Jean-Yves Rissel illustre : « Toutes les races présentent au moins un animal à la vente bouchère du mardi soir. » Le même souci de représentativité s’installe dans la sélection des participants à l’exposition. Et face au nombre de places limité dans les halls aménagés, l’organisateur introduit un critère d’excellence. Si l’issue des différents concours se jouera bien sur le ring, Jean-Yves Rissel précise en effet : « La sélection de tous les animaux qui participent au Space se fait sur des critères de performance économique en élevage. Dans chaque race, ils représentent l’excellence. »

Pour plus d’information, retrouvez aussi ces articles sur www.entraid.com :