Tarn: le plan de bataille des cuma est prêt

La fédération des cuma du Tarn poursuit le travail entamé l’année dernière: dessiner, au plus proche du terrain, les cuma de demain. L’équipe a proposé son plan de bataille, lors de son AG, le 13 décembre à Montdragon.

Le Challenge cuma, financé par le Crédit Agricole Nord Midi Pyrénées, a permis de récompenser les cuma portant des projets d'envergure lors de l'assemblée générale de la fdcuma du Tarn.

Premier constat, et il est réjouissant: la salle est pleine, toutes générations confondues dans l’assemblée. L’équipe des élus et salariés de la fédération a choisi cette année d’articuler son Assemblée générale autour de trois actions principales, pour illustrer la stratégie construite suite aux AG de petites régions, avec les responsables de cuma participants.

Premier axe: le développement de l’emploi, dans l’optique de permettre aux agriculteurs de rester aux commandes de leurs groupes, en déléguant ce qui peut l’être à des salariés qualifiés.

Pour faire face à la pénurie de candidats, la fédération a mis en lumière 2 de ses actions: la construction d’un partenariat avec le CFPPA du Tarn pour former des futurs salariés de cuma, repérés lors du salon Travail-Avenir-Formation (TAF).

Ont également témoigné les cuma de St Juéry (Aveyron) et Tonnac (Tarn), sur l’emploi de salariés non-issus du monde agricole

A lire sur ce sujet: « Ebéniste, et aujourd’hui salarié de cuma »

Equipes de secteurs

Deuxième grand pan de l’action de l’équipe: faciliter les contacts entre cuma pour à la fois conserver des groupes de proximité, et construire des projets aux échelles adéquates. La grande nouveauté dans ce cadre est la constitution de 10 équipes de secteurs. Cette nouvelle échelle de projets devrait permettre à des cumistes de s’investir dans des initiatives concrètes et proches d’eux, au côté d’autres responsables locaux.

Troisième axe: creuser le sillon de l’innovation, qu’elle soit technique ou organisationnelle. Sylvains Saunal, animateur agroéquipement, et son remplaçant, Sébastien Jalby, ont fait témoigner deux cuma (cuma de Deze et du Lautrecois) qui ont investi dans des systèmes innovants, l’une pour une prestation de fauche en service complet et l’autre sur du semis direct.

Ils ont aussi présenté une analyse objective des leviers que les agriculteurs peuvent actionner pour maîtriser les coûts des matériels: définir les besoins pour limiter les options superflues, anticiper pour éviter le “piège” des matériels en stock, penser coût global plutôt que prix d’achat, négocier séparément achat et reprise, organisation de chantier adaptée (le service complet permet souvent d’”absorber” le coût du salarié), envisager les appels d’offres à plusieurs cuma comme cela s’est fait dans l’Union des Pays de la Loire.

Les partenaires, dont le vice-président du Conseil départemental (lequel appuie la fédération dans son fonctionnement à hauteur de 80000€), ont réitéré leur soutien à l’équipe, et salué un travail qui irrigue les territoires tarnais de son dynamisme.

“Standing ovation” pour Bernard Tressols, qui après 6 années à la présidence de la fédération départementale raccroche les gants… partiellement, puisqu’il conserve son mandat de représentant des cuma du Sud-Ouest au niveau national. Son remplaçant? Emile Fabriès, qui a rendu hommage avec beaucoup d’humour à l’énergie et à la faconde de son prédecesseur.

 

A lire également: « Dans les cuma du Tarn, des services cohérents au niveau du bassin de vie« 

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement