79 tours antigel

L’an passé, la cuma Viti Cognac a vu le jour. Elle prend la suite de la cuma d’Arthenac, avec une spécialité: la lutte conte les risques de gel sur toute la zone couverte par l’AOC, essentiellement sur les deux départements charentais. Pas moins de 79 tours ont été acquises : 49 fixes et 30 mobiles.  Coût de l’opération : 3.265.000 euros.

La nouvelle cuma Viti Cognac qui regroupe 42 viticulteurs, a mis en place 79 tours antigel, fixes et mobiles. Ci-dessus, l’une d’elles photographiée sur la commune de Gimeux près de Cognac.

La cuma Viti Cognac, constituée avec l’appui de la fdcuma des Charentes et de l’UGVC, aura peut-être l’occasion dans les prochaines semaines de tester l’efficacité des 79 tours antigel, installées sur le vignoble fin 2019.

Si le fonctionnement des tours fixes a déjà été mis à l’épreuve, notamment dans le Centre – Val de Loire, la version mobile est moins habituelle: «L’avantage est qu’elle entraîne moins d’impact sur le paysage puisque les tours sont rentrées en dehors des plages d’utilisation. De ce fait, elles sont aussi moins soumises au risque de vandalisme. Par contre, elles balaient moins de surface, environ 3 ha chacune contre environ 5 ha pour une tour fixe. Et leur coût proportionnel à l’ha est supérieur puisque elles valent 36.000 € contre 45.000 € pour les tours fixes», explique Bastien Brusaferro de l’UGVC (Union Générale de Viticulteurs pour l’AOC Cognac).

Bastien Brusaferro, chargé des affaires publiques à l’UGVC.

 

La plupart des tours couvrent chacune le parcellaire d’une seule exploitation. Très peu de tours antigel rayonnent sur plusieurs exploitations à la fois. En règle générale, chaque viticulteur est responsable de la ou (les) tour, implantée sur son terrain.

Force collective

Le regroupement en cuma a permis de négocier un achat collectif à des conditions avantageuses. D’autre part, cet investissement réalisé en commun a rendu possible l’attribution d’une subvention PCA de 25%, soit 815.000 €. «Le travail en commun va permettre de partager les expériences et constituer une base de références techniques et environnementales sur laquelle la profession pourra s’appuyer», explique la Fdcuma des Charentes. C’est elle qui a suivi le montage juridique, l’organisation interne et le dossier de financement.

Cette cuma, présidée par Didier Bureau, «se substitue à chaque viticulteur et devient un interlocuteur unique pour tous les partenaires concernés», indique l’UGVC sur son site. Elle explique aussi avoir obtenu des conditions avantageuses pour l’assurance du matériel et le financement du projet par le Crédit agricole.

Didier Bureau, président de la cuma Viti Cognac.

 

Deux marques de machines fixes ont été retenues : Gener et Orchard Rite. Pour les tours antigel mobiles, deux marques également:  Mikrosera et Tow&Blow. L’énergie pour entraîner les tours est le GNR ou le GPL.

Pratiquement aucune n’est équipée de brûleur pour propulser de la chaleur. Seul l’échange thermique rendu possible par brassage de l’air est prévu pour faire remonter la température de manière à sauver le végétal des risques de gel. Une nouvelle commande de tours est dans les tuyaux…

A lire aussi sur le sujet:

Trois nouvelles cuma contre le gel

Tours antigel et équipements d’aspersion 

Les charentais veulent s’armer contre le gel 

Entraid Vidéos

Changement des pneus du tracteur : protocole et précaution

Quel est le bon outil pour détruire un couvert végétal en sol humide ?

Tailler la vigne deux fois plus vite

Ils font les silos avec un-gros-chargeur frontal MX

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement