Le trieur mobile est prêt pour servir de nouveaux utilisateurs

Le tri des semences ou des récoltes de cultures associées d’une quinzaine d’agriculteurs vendéens se fait avec le matériel mobile de la cuma Défis 85. En deux ans, ils se sont familiarisés avec l’outil et ont rodé l’organisation des chantiers. Le groupe pourrait désormais s’étoffer.

Souvent plusieurs chantiers sont réalisés sur un même site. En deux ans, les utilisateurs qui se partagent le trieur mobile, ont gagné en efficacité.

Courant avril, le groupe d’utilisateurs du trieur mobile de la cuma Défis 85 s’est réuni pour son bilan annuel. Beaucoup de changements ont été avancés lors de la visioconférence. Le tri de semences, lancé il y a deux ans, confirme que cette activité répond à un réel besoin. En maîtrisant le tri des graines, les agriculteurs ont la certitude de la qualité du produit qui sera vendu. Et ils peuvent valoriser les déchets dans l’alimentation animale.

Les utilisateurs se sont familiarisés avec l’outil

Les quinze utilisateurs se sont dit satisfaits de la qualité du produit trié. Que ce soit pour les mélanges, avec un débit de chantier de 6 à 7 t/h, ou pour les semences, avec un débit de 2 à 3 t/h. Tous apprécient de maîtriser leur production de A à Z, avec un coût très maîtrisé de 40 €/h et une organisation des chantiers qui progresse. Ainsi, et grâce aussi à la meilleure maîtrise du matériel, le groupe a constaté une réduction des heures réalisées. Cela ouvre la porte à un élargissement. De nouvelles adhésions sur les secteurs de Montaigu, d’Aizenay, du Poiré ou des Herbiers sont désormais possibles.

Autre nouveauté, le groupe a décidé de mettre en place la réservation du matériel via le logiciel myCuma Planning. Cette solution est déjà utilisée dans la cuma pour le camion frigorifique. Elle facilitera la gestion du planning du trieur. C’est un pas de plus pour continuer dans l’optimisation des chantiers.

Entraid Vidéos

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

Comment se lancer dans le semis direct ?

Agriculture de conservation : les éleveurs ont de gros atouts

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement