Trois solutions d’arrachage de betteraves

En région
arrachage betteraves, chantier décomposé, automotrice , intégrale

Passer à plusieurs machines sur le même secteur et tourner : l’exemple de l’automotrice des cuma de Chantereine et d’Attila.

05/02/2016 - 18:00

En chantier décomposé, automotrice ou intégrale, toute la gamme des arracheuses est présente dans les cuma. Témoignages dans l’Aube et la Marne.

Partagez cet article: Trois solutions d’arrachage de betteraves

Pour la récolte de betteraves, si la conversion à l’intégrale est une tendance évidente, elle n’est toujours pas un passage obligé. Témoignages de cuma à l’appui, issus de l’édition spéciale départementale Aube.

La cuma de Vallant Saint Georges a acheté en janvier 2014 une des premières intégrales du secteur (page5).

La cuma de Faux Villecerf, après être passée à l’automotrice, est revenu sur son choix et trouve plus d’avantages à pratiquer en deux chantiers décomposés (page 7).

La cuma de Chanteraine (Marne) pratique l’arrachage à l’automotrice depuis 1980. En partageant sa machine avec les voisins de la cuma d’Attila (page 7).

Sans oublier que les sucreries sont attentives à l’arrachage, et que la propreté des betteraves, estimée en tare-terre, valorise le travail au champ et conditionne le prix. Exemples des coopératives Tereos et Cristal Union (page 9).

Ces articles sont issus de l’édition départementale Entraid’ spécial Aube, parue en octobre 2015, à lire en intégralité ici.

A lire aussi :

Gwenaëlle Leprat
Publicité
Simple Share Buttons