Avis sur le Vredo VT4556 : Une solution d’épandage qui se tracte d’elle-même

Le Vredo VT4556 équipé d’un enfouisseur ZB3 (6m) a mis en évidence les intérêts de la conception pensée par le constructeur, comme ceux de cette logique de chantier encore peu courante.

Avec un volume annuel de 60 000 m3 à épandre, une solution d’épandage impliquant un tel automoteur peut être mise à l’étude.

Dans le Sud Manche, une cuma s’intéresse au futur de son activité d’épandage. C’est ainsi qu’elle a accueilli un Vredo VT4556 sur une prairie d’un adhérent cet automne. Voici son avis sur cet automoteur VT4556.

Avec un tel engin, la dissociation du transport et de l’épandage est obligatoire dès le premier kilomètre. En effet, la machine n’est ni homologuée ni garantie pour circuler en charge sur route. Pour la cuma des Ruettes (La Bazoge), l’avenir de l’activité épandage de lisier est au cœur d’une réflexion qui s’ouvre dans le cadre d’un Dinacuma. Aujourd’hui, le groupe traite 30 000 m3 de lisier annuellement avec trois véhicules (17m3, 15m3 et 11m3) à buse palette.

Epandage au Vredo VT4556

Face à différents enjeux et à l’opportunité de bientôt doubler ce volume avec du digestat, il n’est pas impossible que la nature et la qualité du service viennent à évoluer. Le concept de l’épandage en prestation complète avec chauffeur semble alors apparaitre comme une évidence au regard des cubages important à valoriser, de la technicité des matériels mis en jeux et du manque de temps des adhérents.

Et avant de décider, l’heure est à l’étude qui doit pousser plus, jusqu’à l’organisation des chantiers. En effet, en prenant un attelage assez classique (tonne 24m3, rampe 24m, tracteur 300ch), «au-delà de 18km aller-retour, la dissociation du transport et de l’épandage est obligatoire pour maintenir un débit acceptable de 45m3/h à un coût de 4,5€/m3 pour 800m3 épandus», explique Hervé Masserot, conseiller référent du réseau cuma dans l’Ouest sur l’épandage.

Simulation du coût de l'épandage

Graphique présenté au Salon aux champs, identifiant le coût de l’épandage en fonction de l’organisation et de la distance à parcourir en moyenne entre la fosse et les parcelles.



Une multitude de dimensions à évaluer en amont

S’il est plus limitant sur ce critère, l’automoteur qui avait fait le déplacement dans le Sud Manche fin septembre a néanmoins développé des arguments, au-delà de la performance technique à laquelle ouvre l’enfouisseur. Ne serait-ce qu’avec le télégonflage et la marche en crabe, l’engin a rappelé que le respect du terrain est un axe structurant de sa conception.

Sur le même sujet : Le lisier sort à l’heure du premier apport

Entraid Vidéos

Ils font les silos avec un-gros-chargeur frontal MX

Premiers ensilages de maïs dans la Vienne

Moisson: pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

La bineuse suit la trace du semoir grâce au RTK

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement