L’analyse du coût alimentaire décortiqué jusqu’à l’auge

Elevages
coût alimentaire : témoignage des éleveurs qui accueillaient la journée technique en Seine-Maritime.

Le public était fourni et varié au gaec Port-mort en Seine-Maritime pour venir parler des ensilages (maïs et herbe) et leur valorisation lors de la première journée organisée mi-mai.

19/06/2019 - 12:44

En mai, les cuma de l’Ouest organisaient deux journées sur l’ensilage, avec Elvup et Littoral normand. Entre autres sujets, les experts présentaient des repères économiques considérant l’acte de distribution des rations.

Partagez cet article: L’analyse du coût alimentaire décortiqué jusqu’à l’auge

Le chiffre présenté en mai lors des journées fourrage(1) donne un ordre d’idée de ce que coûte la ration présentée dans l’auge des troupeaux: environ 115€/1000l. Ce coût alimentaire rendu auge intègre la charge liée à l’acte de distribution qui représente tout de même «15% du total», constatent Olivier Leray (Littoral Normand) et Jonathan Godey (fédération des cuma Normandie ouest). Les animateurs d’un atelier construit autour de cette question précisent que «quel que soit le système de distribution, le gain économique se joue avec la traction», qui se lie à la consommation de GNR, au temps de travail nécessaire…

panneau-ecosilage-desilage-distribution-cuma-ouest-littoral-normand-elvup-journee-fourrages

Le coût de la traction est souvent supérieur au coût du matériel

Ainsi, limiter le nombre de distributions, mettre en œuvre des rations simples, et impliquant des ingrédients stockés à proximité sons parmi les facteurs favorables à la maîtrise de cet indicateur qui a aussi été utilisé pour évaluer les ateliers de deux groupes de désilage normands en hiver 2017/2018. Chez eux, le coût moyen correspond aux références assez souvent rencontrées dans la région (environ 16€/1000l) et qui placent le coût du désilage en cuma à un niveau semblable à celui des solutions individuelles les plus courantes, sachant que l’éleveur se dégage du temps lorsque l’opérationnel est confié à un chauffeur spécialisé.

Pas moins de travail avec le robot, un travail différent

A partir d’une quinzaine d’élevages suivis par les organismes de conseil en élevage en Normandie partenaires de l’événement, un premier regard sur les lignes automatiques était possible. Dans ce cas de figure, l’investissement supporté par l’élevage pèse dans la balance. A 38€/1000l, le coût moyen de la distribution constaté sur ces élevages double par rapport aux autres solutions détaillées dans le tableau, pour un temps de main d’œuvre équivalent. Ce qui change avec l’automatisation en termes de temps de travail, c’est la nature du travail et la facilité de s’organiser, puisqu’elle allège grandement les tâches d’astreinte.

(1)Le réseau cuma, Littoral normand et Elvup organisaient deux journées techniques en mai sur le thème de l’ensilage, dans la continuité du programme Ecosilage.

Plus d’information sur les deux journées fourrage organisées en Normandie, ici.

Publicité
Simple Share Buttons