Binage de l’orge, avec l’humidité le risque de repiquage des mauvaises herbes existe

Le binage sur orge a démontré son efficacité. S'il est suivi d'un temps humide, il y a cependant un risque de repiquage des mauvaises herbes.

Le 11 avril, entre Luyères et Avant-lès-Ramerupt et le 12 avril à Thuissy (Estissac), la FD Cuma de l’Aube, en partenariat avec la Chambre d’agriculture et Végellia, a organisé deux démonstrations de bineuse sur orge en terres colorées

Avec un temps sec, les conditions étaient réunies pour l’utilisation d’outils de désherbage mécanique. Le 11 avril, entre Luyères et Avant-lès-Ramerupt et le 12 avril à Thuissy (Estissac), la fdcuma de l’Aube, en partenariat avec la Chambre d’agriculture et Végellia, a organisé deux démonstrations de bineuse sur orge en terres colorées. 120 personnes se sont succédées sur ces deux jours de démonstration, preuve s’il en est besoin que les techniques alternatives de désherbage séduisent de plus en plus. Deux bineuses des marques Steketee et Garford étaient présentes pour un binage orge de printemps à 15 cm et 16,6 cm.

Deux bineuses des marques STEKETEE et GARFORD étaient présentes pour un binage orge de printemps à 15 cm et 16.6 cm.

Deux bineuses des marques Steketee et Garford étaient présentes pour un binage orge de printemps à 15 cm et 16,6 cm.

 

Guidage

Les bineuses caméra sont équipés de systèmes de translation qui permettent le déplacement latéral de l’outil afin de garder les socs dans les entre-rangs. La translation est cependant limitée suivant les marques à 30 voire 60 cm. On s’aperçoit que dans les conditions de la démo, sans marquage au sol et avec des courbes, la trajectoire du tracteur peut facilement  se décaler de plus de 60 cm et faire arriver en butté le système de translation.guidage bineuse

Il apparaît indispensable de mettre des marquages au sol (double rang en milieu de semoir ou trace de roue) pour maintenir la trajectoire du tracteur. L’autre solution est de semer au RTK puis de reprendre le signal lors du binage.

Par ailleurs ces démonstrations ont montré un petit bémol sur les correcteurs de dévers qui, selon les modèles, ont tendance à hacher la végétation au passage.

 

adventices

Stade des adventices lors des essais dans l’Aube les 11 et 12 avril.

«En pays d’Othe où il y a avait beaucoup de renouée, on a observé une très bonne efficacité du binage. Toutefois, les socs étant plats, les adventices déchaussées sont reposées sur le sol. Il y a un risque de repiquage si le binage est suivi de conditions météo humides. Un risque similaire de repiquage est observé lorsque les adventices sont prises dans les mottes où elles peuvent continuer à se développer», explique Anthony Lequemener, technicien à la Chambre d’agriculture. Ces observations confirment que le binage doit être couplé avec un passage de herse étrille quelques jours plus tard.

Toutefois, «ces démonstrations ne reflètent pas l’ensemble des conditions possibles, notamment celles liées à la surcharge en cailloux. Dans ce dernier cas, il est conseillé de rouler la parcelle après binage et herse», prévient le technicien.

Entraid Vidéos

Pour éviter que l’agriculture ne s’embourbe… Votez!

Immersion dans un groupe qui progresse

Une AG sous format d’un journal télévisé

Salon Terr’Eau Bio, rendez-vous les 30 juin et 1er juillet

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement