Les copeaux de bois en litière : ça marche !

Michel Liaud, éleveur de vaches allaitantes et laitières à Bressuire (Deux-Sèvres) utilise depuis 2012 des copeaux de bois en guise de litière, en complément de la paille. Et ça marche !

La litière extérieure composée avec des copeaux de bois, peut au premier coup d’œil paraitre sale sur l’exploitation de Michel Liaud (Deux-Sèvres), mais les animaux sont propres. Coût de revient : un peu moins de 10€ le m3.

C’est au départ pour alimenter une chaudière, que l’agriculteur s’est lancé à produire des plaquettes. Mais cette ressource s’est également rapidement imposée aussi dans les bâtiments d’élevage, avec les litières en plaquettes de bois. « Le but n’est pas d’arracher ou de détruire du linéaire de haie. Mais plutôt d’entretenir les haies et de valoriser leurs résidus » affirme Michel Liaud.

Pour avoir un maximum de productivité, l’agriculteur laisse monter la haie et ne passe même plus la débroussailleuse sur les frênes. Au mois de mars, il fait intervenir une entreprise avec une pelleteuse équipée d’un grappin munie d’une lame. La sécurité, le débit de chantier, la réduction de la pénibilité, le respect des clôtures et la facilité de reprise des branches sont les atouts indéniables de ce type de machine. Le bois est ensuite broyé un mois après par la déchiqueteuse de la cuma Bocage.

Litières en plaquettes de bois : attention à la méthode de stockage

« Le bois vert se broie mieux et les plaquettes sont beaucoup plus régulières » constate l’agriculteur.  « Il faut absolument stocker les plaquettes juste broyées dans un bâtiment bien ventilé » observe-t-il devant son hangar de stockage ouvert aux deux bouts. Au bout de 3 mois de séchage, il est possible d’utiliser les plaquettes. « Il faut faire des tas les moins larges et les plus hauts possible, et surtout ne pas brasser les copeaux pendant la période de séchage » ajoute Teddy Marolleau et Christophe Courilleau, respectivement responsable de la déchiqueteuse et président de la cuma du Bocage.

valorisation haies bocagères

L’éleveur obtient une meilleure productivité avec des haies hautes.

Litière avec des copeaux purs

« Jusque-là je mettais une couche paille supplémentaire pour mes veaux. Mais cette année les résultats sont concluants en copeaux purs ». Les veaux s’y couchent d’ailleurs plus que sur la paille lorsqu’il fait très chaud. Les copeaux permettent d’avoir une base de litière très compacte qui absorbe bien. Par ailleurs, une couche de 20 à 25 cm compose l’aire d’exercice extérieure dédiée aux vaches allaitantes.

« La couleur marron de la litière peut inquiéter mais c’est l’état de propreté des animaux qu’il faut regarder » insiste l’éleveur. Il pense également que ce produit serait adapté pour des animaux qui resteraient dehors l’hiver. Seul inconvénient selon l’éleveur, éviter d’utiliser la pailleuse pour ne pas blesser les animaux.

Teddy Marolleau met quant à lui, une couche de 10 cm au moment où les génisses allaitantes prêtent à vêler, entrent dans le bâtiment. Il « re-paille » à l’aide de copeaux ou de paille environ 15 jours après. « Une couche plus épaisse mériterait d’être brassée à l’aide d’un outil à dents afin de valoriser tous les copeaux, mais cela peut être compliqué en fonction de l’accès au bâtiment » indique-t-il.

Chez Michel Liaud, 650 m3 de copeaux lui reviennent à un peu moins de 10€ le m3, abattage et déchiquetage compris, hors transport.

litières en plaquettes de bois

« Le bois vert se broie mieux et les plaquettes sont beaucoup plus régulières » constate l’agriculteur. « Il faut absolument stocker les plaquettes juste broyées dans un bâtiment bien ventilé ».

A lire aussi sur ce sujet :

2000€ d’économies de litière grâce aux plaquettes !

Valoriser le bois en litière

En Saône-et-Loire, des plaquettes de bois pour les litières 

Entraid Vidéos

Quand l’azote se volatilise, les euros aussi s’envolent !

Un robot qui récolte l’herbe et la distribue

Prestation et qualité dans le sillage de l’automoteur

2.000 € d’économies de litière

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement