ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

«Une régularité de semis à toute épreuve»

Partager sur

«Une régularité de semis à toute épreuve»

Le Horsch Maestro 12 CV garantit un débit de chantier de 5ha/h, phases non productives comprises.

La cuma des vignes (52) s’est équipée cette année d’un monograine Horsch Maestro 12 CV pour ses semis de soja, tournesol et maïs. Rencontre avec Thibaut Lugnier, adhérent de la cuma, sur un de ses chantiers de maïs après 100ha déjà semés.

En Haute-Marne, la cuma des vignes (50 adhérents, 220 k€ chiffre d’affaires) a investi dans un semoir monograine Horsch Maestro 12 CV pour un budget de 114.000€. Ainsi, 6 exploitations adhérentes se partagent l’utilisation de cet outil sur les semis de soja, tournesol et maïs, pour une surface totale de 400ha/an. Parmi ces utilisateurs, Thibaut Lugnier, installé avec son cousin Fabrice Lugnier à Rimaucourt, vient de semer 100ha avec cet outil. Il donne son avis d’utilisateur du Horsch Maestro.

Un élément semeur qui passe partout

Tout d’abord, «le premier point fort du Horsch Maestro 12 CV reste sa régularité de semis» explique Thibaut Lugnier. «Chaque élément semeur est monté sur parallélogramme avec un vérin hydraulique. Une architecture qui permet de maintenir la pression de façon continue sur l’élément semeur quel que soit le type de sol. Deux capteurs, montés sur le 2e et le 11e élément semeur, surveillent en continue la pression.»

avis utilisateur semoir Horsch Maestro 12 CV

La régularité de travail de l’élément semeur demeure le premier point fort du Horsch Maestro 12 CV relevé par Thibaut Lugnier.

En outre, cette pression pouvant atteindre 350kg se règle manuellement via le terminal dans la cabine du tracteur ou se gère automatiquement via l’électronique. Cette architecture associée à la distribution électrique en fait un «semoir précis capable de passer partout.»

Avis d’utilisateur du Horsch Maestro: plutôt simple à régler

Il s’agit là d’une caractéristique importante car Thibaut et Fabrice Lugnier testent différentes stratégies de préparation de sol en amont du semis.

D’une part deux passages superficiels de déchaumeurs avec un Köckerling Allrounder. Les deux passages sont espacés d’un mois et se font à 7-8cm de profondeur. D’autre part une préparation avec un outil de strip-till Kuhn. Deux passages, à 15cm puis 5cm de profondeur, là encore espacés d’un mois.

Précisons qu’aucun travail du sol n’est fait avant l’hiver et que ces tests sont réalisés dans une parcelle de 9ha avec des sols argilo-limoneux.

Thibaut Lugnier

Agriculteur en Haute-Marne et adhérent à la cuma des vignes, Thibaut Lugnier teste différentes stratégies de préparation du sol pour ses semis de maïs.

50ha/jour

Ensuite, Thibaut Lugnier apprécie aussi la simplicité des réglages qui se font sans outils. De même il souligne la facilité de prise en main du boitier Horsch installé dans la cabine du tracteur. Cet outil permet de plus de gérer la fertilisation au semis.

Enfin, autre point fort de l’outil: son débit de chantier. «En comptant les phases non productives, on arrive à un débit de chantier moyen de 5ha/h. On peut donc facilement semer 50ha/jour. L’outil est bien configuré et offre suffisamment d’autonomie de travail (12ha pour le maïs, 25ha pour l’engrais).»

Côté organisation des chantiers, la cuma a opté pour un modèle traîné car chaque adhérent utilise le semoir en attelant à son tracteur. «En prenant en compte la fertilisation au semis, un outil traîné reste plus simple à atteler/dételer qu’un modèle porté avec une cuve frontale. Sur ce chantier, nous implantons l’engrais 5cm à côté de la ligne de semis et 3cm plus profond que le maïs.»

Attention à l’entretien

Toutefois, du côté des points de vigilances concernant le semoir Horsch Maestro 12 CV figure la vitesse de travail. «Il faut avancer suffisamment vite pour conserver la précision au semis. Nous travaillons généralement à 10 km/h.» D’autre part, il faut être rigoureux avec l’entretien du semoir. «Il y a 4 points de graissage sur chaque éléments semeurs et il faut nettoyer les disques de temps en temps.» Un nettoyage qui reste rapide à effectuer, «environ 15min par jour».

avis utilisateur Horsch Maestro

Pour simplifier le partage de l’outil, tous les adhérents de la cuma des vignes travaillent avec le même écartement.

De même, tous les adhérents sèment avec un écartement de 50cm pour faciliter les réglages. «Il faut compter une demi-journée pour changer l’écartement entre les différents éléments semeurs.»

Chantier de semis de maïs 2022 vu du ciel

Pour le plaisir des yeux, découvrez ci-dessous la vidéo d’un chantier de semis de maïs de Thibaut Lugnier vu du ciel. Un tracteur John Deere 6R210 emmène le semoir Horsch Maestro 12 CV. En un passage, l’ensemble implante 95.000 graines et 110kg d’engrais par hectare. La vitesse de travail atteint 10km/h pour une consommation de GNR autour des 4l/ha.

Enfin, à découvrir également en vidéo dans la même série:

[Avant-première Entraid’] Avis d’utilisateur du nouveau Monosem ValoTerra (2023).

Chantier de semis direct du maïs avec un Monosem NG+4 modifié.

Semis de maïs 2022 avec un Väderstad Tempo T 6 rangs.