Cantal: pour avancer, tout passe par la rencontre et l’échange

Le 18 octobre, à Parlan, s’est tenue l’assemblée générale de la fdcuma du Cantal. Au programme: faire avancer les projets et résoudre les problèmes de main-d’œuvre.

Se retrouver pour échanger et faire avancer des projets: une bonne occasion offerte par l'assemblée générale de la fdcuma.

Durant l’assemblée générale, plusieurs cuma sont venues témoigner sur leurs expériences après avoir réalisé des DiNA ou des Perf’cuma. Ces dispositifs, encadrés par un intervenant extérieur, permettent de réunir les adhérents de cuma qui sont volontaires pour réfléchir à l’avenir, au développement ou au chemin à prendre par la cuma. Pour Florian Bessonies, président de la cuma du Veyre implantée à Maurs, la formation Perf’cuma «a redonné du dynamisme à la cuma et aux nouveaux adhérents. Nous avions aussi perdu l’habitude de discuter entre nous. Le fait d’avoir un intervenant extérieur a permis à chacun de s’exprimer. Nous avons besoin de retrouver ce lien pour avancer sans avoir à se réunir uniquement pour résoudre des problèmes».

florian-bessonies-cuma-veyre-cantal

Pour Florian Bessonies, président de la cuma du Veyre (au centre): «La formation Perf’cuma a permis aux adhérents de s’exprimer. Nous avions perdu ce lien qui permet la cohésion du groupe.»

Un projet de bâtiment et de tracteur pour la cuma des Trois plateaux a lui, été encadré par un DiNA. Pour conforter leurs idées, les adhérents se sont déplacés en Aveyron dans des cuma déjà dotées de bâtiment ou ayant un groupe tracteur. Pour Thierry Izoulet, trésorier de la cuma: «Rien de mieux que de se déplacer dans des cuma qui ont déjà mis en œuvre les projets que nous avons. Cela permet de mettre le doigt sur la direction à prendre.» Pour l’année à venir, 16 cuma ont déjà déposé un dossier pour l’organisation d’un DiNA.

Salariés dans les cuma: une priorité

La main-d’œuvre sur les exploitations et dans les cuma est un sujet qui préoccupe, et pas seulement dans le Cantal. Des alertes formulées par les participants ont souligné cette priorité: «Nous avons des exploitations qui grossissent et nous manquons cruellement de main-d’œuvre. Si ce problème persiste, l’adhérent ne viendra plus chercher les outils à la cuma mais fera appel directement aux ETA…» ou encore: «Sans main-d’œuvre, les cuma vont au crash, les ETA sont à nos portes et la main-d’œuvre, elles, elles l’ont…» Oui, les ETA ont de la main-d’œuvre et pourquoi pas en cuma ? Manque de discussion entre adhérents, peur de sauter le pas, qui va gérer le salarié?… Une belle occasion d’organiser un DiNA pour les cuma souhaitant mettre ce sujet sur la table.

Des petites annonces bientôt accessibles

Une bonne idée en dernière page du rapport de l’assemblée générale: des petites annonces sur les besoins des cuma à la recherche d’hectares pour mieux rentabiliser un matériel, d’adhérents pour investir dans un outil spécifique…. Prochainement, l’ensemble des cuma du département et la liste de leurs matériels seront disponible sur internet via Cumamap. Une place particulière sera ainsi réservée à ces petites annonces qui permettront de partager entre tous, les besoins et les projets des cuma.

petites-annonces-cuma-cantal

Petites annonces sur les besoins et les projets des cuma à retrouver prochainement en ligne sur Cumamap.

Entraid Vidéos

Semis direct: 14 outils comparés dans la Somme

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement