Charrue déchaumeuse : une première dans la Loire

Pour la Cuma des Côtes de Périgneux, tout a commencé avec l’intention d’acquérir une charrue supplémentaire. Après quelques réunions, des adhérents ont soumis l’idée de partir sur un projet de charrue déchaumeuse. L’idée a plu…

Les adhérents de la cuma des Côtes de Périgneux devant la nouvelle charrue-déchaumeuse.

Le 20 juillet, la charrue déchaumeuse Ovlac traçait ses premières raies chez Pierre Dupin président de la Cuma. Pour l’occasion, un technicien de la marque avait fait le déplacement pour la mise en route et les explications sur les différents réglages. Cette charrue est composée de 7 corps et peut recevoir 2 corps supplémentaires. Dépourvue de rasettes, elle est conçue pour travailler à des profondeurs entre 8 et 12 cm. La profondeur de travail peut aussi atteindre occasionnellement 27 cm en présence de fort couverts végétaux. Cette charrue semi-portée dispose de 2 roues de jauge placées à l’avant et à l’arrière. Elle est conçue pour le travail hors raie.

Gagner en qualité de travail

« On trouvait le principe de la charrue déchaumeuse intéressant car avec une charrue classique on labourait toujours trop profond ce qui avait tendance à faire remonter pas mal de cailloux. » explique Jean-Paul Vialla, adhérent de la Cuma et installé en gaec en agriculture biologique. « Ce projet n’a pas été forcément porté par les agriculteurs bio de la Cuma mais par tous. On avait déjà tenté de remplacer le labour par un déchaumage plus profond mais on ne gérait pas les mauvaises herbes. Avec la charrue déchaumeuse, l’objectif est d’obtenir un labour à 12 cm maximum. Cela permet d’enfouir les résidus végétaux pas trop profond, d’obtenir une bonne décomposition, de gérer le problème des graines d’adventices, des remontées de cailloux et de ne pas trop bouleverser la surface du sol où se trouve la matière organique. »

charrue-dechaumeuse-hors raie

Cette charrue permet un travail hors raie ce qui présente l’avantage d’améliorer l’adhérence du tracteur et de ne pas tasser le fond de raie. Par contre pour la conduite, de l’avis des adhérents de la cuma: « c’est un coup à prendre et ce n’est pas évident au début. »

Reconsidérer la reprise de labour

« Lors de la mise en route nous avons constaté que dans nos terres sableuses nous obtenions moins de mottes et donc plus de terre fine. » La question se pose maintenant sur la reprise de ce labour léger. « Avant on avait un passage de herse rotative avant le semis. Maintenant ce passage de herse rotative pourra être beaucoup plus superficiel donc plus rapide. On envisage aussi une autre méthode encore plus rapide et économique. La préparation s’effectuerait simplement avec un passage de rouleau. Le semis serait réalisé à l’aide d’un semoir pneumatique installé sur une herse étrille suivi d’un second passage de rouleau pour rappuyer. » Cette nouvelle façon de travailler sera tester dès cette année avec les premiers résultats à la prochaine récolte.

Entraid Vidéos

Une écimeuse en démonstration dans la Vienne

Le drone ou l’épandeur pour semer le couvert

Changement des pneus du tracteur : protocole et précaution

Quel est le bon outil pour détruire un couvert végétal en sol humide ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement