Eclatement des grains, quelle ensileuse choisir ?

Plaçant le défi actuel pour les ensileuses d’éclater les grains du maïs à la hauteur de la recommandation qu’il défend, à savoir 70% des grains doivent être coupés en morceau de 4mm, l’organisme de conseil Elvup mettait l’accent sur ce critère «éclatement» lors de sa journée Défi ensileuses, début septembre. Le classement établit à cette journée est un fait. A prendre avec précaution.

Meilleure candidate du jour, la John Deere n’a cependant obtenu une moyenne d’indice de fragmentation du grain que de 58% sur l’ensemble de son œuvre.

Le comparatif ensileuse sur l’éclatement des grains était notamment centrée sur l’analyse d’échantillons récoltés derrière cinq machines. La Claas Jaguar 940, la Fendt Katana 65, la John Deere 8500, la Krone Big X 530 et la New Holland FR 480. Chacune réalisant plusieurs passages avec des réglages déterminés, toutes dans le même champ.

Pour les évaluer, les ensileuses ont travaillé sur deux longueurs de coupe : 14 et 18mm. Ainsi qu’avec deux réglages d’éclateur : un premier imposé à 2mm, le second laissé au choix du constructeur.

Comparatif ensileuse sur l’éclatement des grains : de bons résultats au global

En préambule les organisateurs constataient que la culture support de ce défi était déjà à un stade de maturité avancé. En effet, la partie vitreuse représentait 2/3 du grain. «On sait qu’au-delà de 50% du grain vitreux, l’éclatement du grain devient délicat», explique Yann Martinot (directeur technique d’Elvup).

Dans les conditions du jour, la qualité de travail obtenue semble être équivalente pour les autres critères évalués par les conseillers d’élevage (longueur de coupe, défibrage). En outre, les 5 engins ont démontré que le parc actuel des prestataires de l’ensilage de maïs propose des outils avec lesquels il est possible de bien travailler d’une manière générale.

A lire : Comparatif de 5 ensileuses : pas de mauvaise machine, juste des bons réglages à faire.

Sur leur moyenne des indices de fragmentation du grain constatés dans leurs échantillons, des écarts ont étés mis en évidence d’une machine à l’autre. Bien qu’elles soient toutes assez loin de l’objectif de 70% préconisé par les conseillers d’élevage ornais. Néanmoins, John Deere s’en sort le mieux.

L’effet machine joue peu sur la fragmentation des grains

Mais pas de quoi fanfaronner non plus, même pour la meilleure concurrente. En effet, le résultat présenté à l’issue de cette journée ne pouvait constituer à lui seul une vérité statistique. De plus les écarts en questions ne sont pas phénoménaux. Confirmant la synthèse qu’Elvup tire du suivi de plusieurs silos de ses adhérents. L’effet machine joue peu sur la fragmentation des grains.

Dans le détail, la John Deere 8500 équipée d’un éclateur USA n’obtient «que» 58% de grains coupés en des morceaux de taille inférieure à 4,75mm. De leur côté, la Krone Big X 530 (55%) et la Fendt Katana 65 (51%) restent au-dessus des 50%. A l’inverse, la New Holland FR 480 et la Claas Jaguar 940 restent sous cette barre, avec des résultats respectifs de 49% et 46%. Cependant, précisons que l’ensileuse Claas n’était pas équipée d’un dispositif Shredlage. En effet, la consigne de l’organisation était de mettre sur la ligne de départ uniquement des machines correspondant au standard actuel du parc d’ensileuses dans la région.

A lire :

Claas Jaguar 940 : l’avis utilisateur (vidéo)

Fendt Katana 65 : l’avis utilisateur (vidéo)

New Holland FR 480 : l’avis utilisateur (vidéo)

Que pensez du Shredlage ? L’avis d’un éleveur

Des éclateurs pas serrés au maximum

comparatif ensileuse éclatement des grains

Les cinq ensileuses ont joué mâchoires serrées et acérées pour se départager.

Au final, le résultat général en retrait par rapport à l’objectif. Outre la maturité du grain, Yann Martinot avance que les ensileuses n’ont pas travaillé avec un éclateur serré au maximum de leur capacité. En effet, les constructeurs ont choisi un réglage de 0,75 à 2mm pour le passage où ils avaient la main sur cette décision. «On voit sur les échantillons de ceux qui ont serré un peu plus que les autres un peu de défribration. Mais cela reste correct et permet de construire des rations efficaces. »

Malgré le réglage plus sévère des éclateurs, les moyennes d’IFG relevées dans cette situation sont moins bonnes que lorsque tout le monde était à 2mm. Le conseiller en alimentation l’explique par un écart des matières sèches du maïs entre les parties du champ récolté. «Le matin, nous étions à 33% MS. L’après-midi à 36%. Ils auraient même pu serrer encore un peu plus.»

Les raisons du manque d'éclatement des grains

La synthèse des résultats diffusée par Elvup revenait aussi sur l'éclatement des grains constaté sur la campagne d'analyse des silos 2016: "Moins de 10% des silos analysés atteignaient l’objectif de 70% d'IFG. L’origine de ces résultats provient notamment de l’absence d’objectif clair pour l’éclatement des grains pour certains éleveurs, un mauvais réglage de l’éclateur, un éclateur usé, une conduite inadaptée de l’ensileuse pour la récolte (trop rapide), un éclateur peu performant."

Pour aller plus loin:

Entraid Vidéos

Quel est l’intérêt de mettre sa ceinture de sécurité ? #accident #crashtest

Crash test en tracteur : à 30 km/h tu meurs

Kit de filtration catégorie 4 pour les New Holland T6 et T7

Avis Xerion Saddle Trac Kaweco : l’automoteur valide le test

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement