Salarié ou adhérent contaminé: que faire?

Lorsqu’un salarié est contaminé par le coronavirus, l'employeur doit prendre une série de mesures pour désinfecter son espace de travail, précisée par le ministère, en considérant que le coronavirus peut probablement survivre 3h sur des surfaces. A adapter en cas de contamination d'un adhérent.

Les mesures de nettoyage doivent s'appliquer aux surfaces de travail dans le hangar, mais aussi aux véhicules.

AVERTISSEMENT : étant donné la fréquence de mise à jour des informations sur le Coronavirus COVID-19, il est conseillé de vérifier régulièrement les informations sur les sites officiels :

Voici le détail des mesures à prendre lorsqu’un salarié de cuma ou sur une exploitation agricole est contaminé. Ces mesures sont bien sûr valables lorsqu’il s’agit d’un adhérent qui aurait travaillé au hangar ou utilisé des matériels.

A noter: dans le cas des salariés de cuma, les sols et les surfaces incluent également ceux des cabines des matériels.

Blouse et gants

Equiper les personnes en charge du nettoyage des sols et surfaces avec port d’une blouse à usage unique, de gants de ménage.

Le port de masque de protection respiratoire n’est pas nécessaire, du fait de l’absence d’aérosolisation par les sols et surfaces.

Pour les sols, privilégier une stratégie de lavage-désinfection humide de sorte que:

  • les sols et surfaces soient nettoyés avec un bandeau de lavage à usage unique imprégné d’un produit détergent
  • les sols et surfaces soient ensuite rincés à l’eau du réseau d’eau potable avec un autre bandeau de lavage à usage unique
  • un temps de séchage suffisant de ces sols et surfaces soit laissé
  • les sols et surfaces doivent être désinfectés avec de l’eau de javel diluée, avec un bandeau de lavage à usage unique différent des deux précédents
  • les déchets produits par la personne contaminée suivent la filière d’élimination classique

Droit de retrait pour les autres salariés?

Le ministère estime que si ces mesures sont mises en œuvre par l’employeur, la seule circonstance qu’un salarié a été contaminé ne suffit pas, (sous réserve de l’appréciation des tribunaux) à considérer qu’il justifie d’un motif raisonnable pour exercer son droit de retrait.

Source: service juridique de la Fncuma

A lire également sur ce sujet: « Comment se protéger tous ensemble? »

A lire également : Le Dossier spécial Coronovirus d’Entraid

Entraid Vidéos

4 astuces faciles en termes de reconnaissance

Quels sont les risques liés à un manque de reconnaissance?

Comment dire à son salarié que l’on n’est pas satisfait de son travail?

Animateur de cuma, kesako ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement