Couverts végétaux: choisir les plantes à incorporer à sa rotation

Maintenir une couverture végétale la plus totale et le plus longtemps possible, c’est l’idée même des cultures de couverture. Pourquoi et comment ? Quelques pistes de réflexion issues du club québécois Action Semis Direct.

Une culture de couvert n’est pas récoltée, mais retournée au sol pour remettre en circulation les éléments nutritifs qu’elle avait captés.

Au Canada comme en France, les études le montrent : a contrario des systèmes conventionnels qui minéralisent rapidement une faible quantité de biomasse, les systèmes sous couvert permanent minéralisent lentement une grande quantité biomasse, avec à la clé une production d’humus plus importante. Rappelons que pour augmenter le taux de matières organiques dans un sol, il est nécessaire d’apporter au sol plus de biomasse que celle qui a été minéralisée. Toutes les cultures de couverture n’auront donc pas le même intérêt selon les rotations en place.

Intéressant économiquement

Les objectifs liés aux cultures de couverture sont agronomiques, mais aussi économiques et sanitaires (voir encadré ci-contre). In fine, l’intégration des cultures de couverture dans la rotation doit être intéressante économiquement, d’une part en augmentant la productivité des sols grâce à un meilleur taux de matières organiques, et d’autre part en réduisant les coûts de production via des économies sur les intrants (fertilisants, herbicides, fongicides et insecticides).

couverts vegetaux objectif principal structure du sol gestion nutriments lutte contre adventice

Pour trouver « le(s) bon(s) couvert(s) », il faut au préalable définir son objectif principal : la structure du sol, la gestion des nutriments, la lutte contre les adventices…

Quelle légumineuse choisir ?

Commençons par la famille des légumineuses et les trèfles. A réserver aux sols argileux, car tolérant bien l’humidité mais étant sensible à la sécheresse, le trèfle rouge peut être semé dans les céréales à 5 kg/ha (semis simultanée avec la céréale) ou au stade tallage à 10-12 kg/ha. L’inconvénient du trèfle rouge réside dans sa relative lenteur de développement, qui laisse une chance aux adventices d’occuper l’espace. Deux alternatives existent : le trèfle blanc qui tolère bien la sécheresse et est résistant au piétinement (à semer à 3 kg/ha), ainsi que le trèfle incarnat qui contribue à la fertilisation azotée de la culture suivante à hauteur de 60 à 70 kgN/ha (à semer à 12-15 kg/ ha en simultanée d’une céréale de printemps ou au printemps dans une céréale d’automne en post-levée après traitement en herbicide).

Autre légumineuse intéressante, la vesce, qui présente l’avantage de bien se développer à l’automne quand les autres plantes ont déjà stoppé leur croissance et de redémarrer vite au printemps. En revanche, la vesce n’est pas très compétitive au début de sa croissance. Une solution peut donc être de l’associer au printemps avec un seigle ou une avoine (60 kg/ ha). Attention, la vesce velue craint l’humidité et ne survit donc pas dans les cuvettes.

Le seigle, un allié de choix

Parmi les graminées, le seigle d’automne est très utilisé au Canada. Il ne craint ni les sols humides et acides, ni les conditions froides. Un couvert qui peut, au besoin, être utilisé en couverture et détruit au printemps (il est notamment un excellent contrôleur du développement des adventices), ou être utilisé en fourrage en le récoltant avant épiaison, ou encore être récolté comme une céréale avec en plus une production abondante de paille. De l’autre côté de l’Atlantique, le seigle est vendu entre 240 et 280 €/t.

Selon Action Semis Direct, le seigle « est la seule espèce qu’on peut envisager de semer après une récolte de maïs et en précédent au soja. » La même source met cependant en garde : « Le semis de maïs dans un couvert de seigle est risqué puisque la décomposition des résidus de seigle exige beaucoup d’azote et risque de créer une carence dans le maïs. » Autre ombre au tableau : le seigle risque de transmettre le piétin au blé suivant.

Tout comme les Etats-Unis, le Canada autorise l’usage des OGM ‘Round-up ready’, ce qui permet de détruire le seigle chimiquement juste après le semis ou après la levée si la culture est tolérante au glyphosate. « Il n’est pas recommandé de détruire le seigle dans les jours précédant le semis de la culture, car il va s’écraser et garder l’humidité au sol. »

A retenir : le pic de libération d’azote est obtenu deux mois et demi après le brûlage.

Autre graminée intéressante : le ray-grass, un couvert qui supporte bien la compétition avec le maïs. Il peut donc être semé à la volée (15 kg/ ha) entre les rangs de maïs (stade 6 à 8 feuilles). Son principal intérêt est d’ordre pédologique : il représente une bonne protection contre l’érosion et améliore la portance à la récolte. En revanche, s’il est mal contrôlé, il peut devenir une mauvaise herbe. Un risque à prendre en compte en sachant qu’il est difficile à détruire chimiquement.

Canada, seigle survit hiver capable reprendre croissance printemps couverture sols

Même au Canada, le seigle survit l’hiver et est capable de reprendre sa croissance au printemps.

Radis et/ou moutarde ?

Dans la famille des crucifères (de bonnes cultures de couverture à introduire avant l’avoine ou le blé), le radis fourrager est lui aussi largement utilisé au Canada. La variété ‘Tillage Radish’ est plébiscitée pour sa racine pivotante droite et longue, capable de descendre jusqu’à 75 cm. Deux intérêts pour les fermes locales : la libération d’un herbicide naturel lors de sa décomposition qui détruit les adventices autour de lui, et « l’effet chasse d’eau au printemps : l’eau de fonte des neiges s’écoule très rapidement à travers les trous que laissent ses grosses racines lorsqu’elles se décomposent, permettant au sol de se réchauffer plus rapidement. »

Le radis fourrager est efficace contre les nématodes, facilite la lutte contre les adventices annuelles hivernales et améliore le rendement de la culture suivante grâce à une importante libération d’azote au printemps.

De son côté, la moutarde facilite le semis direct en laissant peu de résidus au sol. Elle est peu coûteuse, étouffe les légumineuses et est efficace contre les nématodes à condition d’être broyée et enfouie. Il est recommandé de prévoir un apport de fumier pour son bon développement. « Incorporée dans la rotation après un blé et avant une culture de pommes de terre, la moutarde blanche réduit, par son effet fongicide, les problèmes de verticilliose dans la pomme de terre », précise Action Semis Direct.

Louis Pérusse conseiller agricole luzerne drains couverture sols

Pour Louis Pérusse (conseiller en approche systémique agricole), contrairement à une idée reçue, « la luzerne ne pose pas de problème avec les drains. Si le sol est bien structuré, la luzerne ira chercher son eau ailleurs ».

Le sarrasin : la lutte contre les adventices

Passons aux polygonacées, avec le sarrasin : une culture adaptée aux sols pauvres, mais qui n’appréciera pas les sols compactés ou trop secs ou trop humides. Son intérêt est son action structurante des sols via son important réseau de racines. Le sarrasin est par ailleurs un bon contrôleur des adventices et est capable d’assimiler du phosphore que les autres plantes ne peuvent pas et le restitue par la suite.

Enfin, appartenant à la famille des hydrophylacées, la phacélie est utilisée en plante fourragère, et préconisée par Action Semis Direct en intercalaire dans le maïs grain ou en dérobée après les céréales. Ses atouts : la phacélie est capable d’améliorer la structure des sols via son système racinaire, d’absorber le potassium du sol pour le restituer à la culture suivante et est efficace contre les nématodes. Concernant son action sur les adventices, la phacélie est une culture qui démarre lentement, donc sensible à la compétition à ses débuts. En revanche, une fois en place, son important feuillage est capable de contenir même le chiendent. Si elle peut être semée en association avec du sarrasin (à raison de 8 kg/ ha de phacélie et 40 kg/ ha de sarrasin), il est préconisé d’utiliser un semoir car les semences sont photosensibles et ne germent pas à la lumière. A noter : il est possible d’utiliser la phacélie en couvert hivernal dans les vignes et les vergers. 

À LIRE AUSSI :

«Le semis direct sans couverts ne marche pas»

Comment se lancer dans le semis direct ?

Semis direct : Reprenez vos sols en main !

Plus de 50 000 euros économisés sur 315 ha

semis direct Canada

La société Agrilys a permis à la rédaction d’Entraid de suivre 10 agriculteurs durant un voyage d’étude professionnel sur le Semis direct au Canada. Agrilys agence de voyage spécialisée dans l’organisation de formation pro à l’étranger.

Entraid Vidéos

Une cuma pour changer de modèle

La viticulture imagine la gestion durable de ses sols

Vague de gel dévastatrice dans les cultures

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement