ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Dégâts de sangliers: quels matériels pour rénover les parcelles?

Partager sur

Dégâts de sangliers: quels matériels pour rénover les parcelles?

Une démonstration pour trouver des solutions pour rénover les parcelles qui ont subi des dégâts de gibier.

La problématique des dégâts de sangliers est récurrente depuis plusieurs années. Comment réparer les dégâts occasionnés aux cultures ?

Sur le secteur des cuma du Sistre et du Pont-de-Montvert, en Lozère, la problématique des dégâts de sangliers est récurrente depuis plusieurs années. Comment réparer les dégâts occasionnés aux cultures ? Une thématique importante pour les agriculteurs lozériens, mais pas seulement ! La fdcuma48 a donc organisé cette année une démonstration de matériels sur ce thème.

« Les agriculteurs tolèrent les dégâts de sangliers quand ils sont ponctuels », note en préambule le président de la fédération Sylvain Chevalier. Mais, explique-t-il, le contexte est bien différent aujourd’hui en Lozère, département dans lequel certains éleveurs ne peuvent carrément plus semer de céréales et doivent acheter leur paille.

A défaut de pouvoir prévenir les dégâts, la fédération a choisi de présenter plusieurs matériels de rénovation des cultures.

Parmi les polyvalents (dont certains comportent des éléments semeurs, pour rénover une prairie par exemple) : un Régénérateur de prairie combiné. Outil composé d’une herse étrille avec 2 tôles de nivellement, un semoir et un rouleau. La herse étrille et la tôle de nivellement permettent d’aplanir et de préparer le sol pour un semis. Le rouleau suiveur permettra de rappuyer la semence dans le cadre d’un semis.

Le régénérateur de prairie combiné.

Le Combiné herse étrille et semoir pneumatique possède une Largeur de travail de 6m. C’est un outil qui permet de réaliser un nouveau semis ou un semis complémentaire. La herse étrille permet de disperser et de niveler en les irrégularités. L’ensemble sur la photo (tracteur + outil) appartient à la Cuma des Genêts.

Combiné herse-étrille semoir pneumatique.

Autre outil polyvalent : une herse à chainons. L’objectif du passage de cet outil est d’égaliser les mottes soulevées par les sangliers notamment.

Herse à chaînons.

Le seul outil spécialisé était le  « rabot de prairie ». Outil allemand, spécialement conçue pour la rénovation des prairies après dégâts de sangliers. La prairie est nivelée grâce à un système de deux vis sens fin tournant en sens inverse. Le sol est ensuite tassé par un rouleau lisse.

Le rabot de prairie.

Du côté des cuma

Ces dégâts nécessitent très souvent une intervention mécanique, d’où l’intérêt de voir différents matériels à l’œuvre : « nous souhaitions que cette journée nous permette de voir quel matériel pourrait être le plus efficace pour réparer les dégâts et nous envisageons éventuellement le fonctionnement en inter-Cuma » explique Christian Plagnes, président de la cuma du Mont-de-Monvert.

Outre la dimension matériel, cet évènement a également eu une importance pour le lien social : « l’autre objectif de cette journée était de pouvoir maintenir la dynamique des Cuma, d’échanger avec d’autres agriculteurs sur les pratiques, mais aussi de ne pas se sentir seul face à la gestion de cette problématique. » précise Martine Chaptal, présidente de la cuma du Sistre.

Les objectifs de cette journée ont été atteints, les démos ont mobilisé et offert des pistes de réflexion pour les futurs investissements des Cuma de Lozère.


Deux cuma lozériennes

les cuma du Sistre et du Pont-de-Monvert ont été créées respectivement en 1995 et 1998 autour d’un petit groupe d’adhérents et quelques matériels. Aujourd’hui, elles ont bien évolué comme en témoignent leurs Présidents :

Martine Chaptal, Présidente de la Cuma du Sistre, explique « La Cuma a été lancée par un groupe de 6 adhérents qui ont investi dans une petite moissonneuse-batteuse, une bétaillère ou encore un girobroyeur. Aujourd’hui, nous sommes 17 adhérents et nous possédons une vingtaine de matériels. Les derniers investissements que nous avons réalisés sont un épandeur à fumier et une appointeuse à piquets ».

« La Cuma du Pont-de-Montvert s’est équipée au départ d’une herse à prairie, d’un épandeur à fumier et d’un épandeur d’engrais. Le but de sa création était de pouvoir mutualiser les moyens pour diminuer le coût des matériels. Aujourd’hui, nous avons pu développer notre parc matériel avec notamment un camion bétaillère, une remorque benne, un second épandeur à fumier ainsi qu’un véhicule frigo pour les activités de vente directe. Tous ces matériels servent à une quarantaine d’adhérents » déclare Christian Plagnes, Président de la Cuma du Pont-de-Montvert.