Elevage : sauvons la biodiversité !

Dans toutes les régions, des éleveurs se mobilisent pour préserver des races dites « mineures » d’animaux domestiques. Des efforts mis en valeur à l’occasion du prix national pour l’agro-biodiversité animale.

En 2020, le premier prix national pour l’agro-biodiversité animale avait été accordé à une éleveuse de "chèvres de Lorraine". Le concours est ouvert pour 2021.

Chèvre de Lorraine, des Pyrénées, des Fossés ; moutons Roussin de la Hague, Avranchin et Cotentin, Boulonnais ; brebis Solognote, Sasi Ardi, Brigasques, Raïole – porc Cul Noir du Limousin, de Bayeux ou Gascon ; vache Froment du Léon, Béarnaise, Bordelaise, Nantaise, Maraîchine ; dinde Rouge des Ardennes ; canard Duclair ; poule noire du Berry, chien Berger de Crau, âne des Pyrénées : toutes ces races bovines, caprines, ovines, avicoles considérées comme « mineures » ont  été mises en lumière à l’occasion du prix national pour l’agro-biodiversité animale organisé depuis 2012. Des éleveurs ou des associations qui œuvrent à leur préservation ont été les lauréats des éditions successives. L’édition 2021 de ce prix doté de 20000 €, est ouverte. Vous pouvez d’ores et déjà déposer vos dossiers de candidature.

La biodiversité: un patrimoine culturel et génétique

L’organisation est portée par la Fondation du patrimoine avec le soutien du laboratoire vétérinaire Ceva Santé animale. La préservation des races animales est un véritable enjeu culturel. Mais cela va au-delà d’une simple mission de gardien de musée ! Il s’agit de protéger aussi un patrimoine génétique très riche qui pourra être utile pour façonner l’agriculture de demain. Toutes ces races présentent en effet des caractéristiques génétiques particulières en matière de rusticité, prolificité, qualité des produits,  … dont la disparition serait préjudiciable au monde de l’élevage. On risque de perdre gros en rayant définitivement de la carte toutes ces « races d’autrefois », laissées progressivement de côté.

Entraid Vidéos

2.000 € d’économies de litière

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

A la ferme aquaponique, entre les légumes et les poissons, le courant passe

Presser la paille de maïs demande des précautions

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement