Ensilage du maïs: hacher fin et briser menu!

La récolte est finie lorsque le silo est couvert hermétiquement. Pas avant. Et cette étape du cycle, l’une des dernières, est cruciale dans la réussite de la culture du maïs fourrager. Focus sur l’importance de la longueur de coupe et de l’éclatement du grain.

Dans la dernière ligne droite de sa culture et après avoir défini le bon stade, l'éleveur ne doit pas se louper. Il doit maîtriser la longueur de coupe et l’éclatement du grain (@Ronan Lombard).

La taille des brins de l’ensilage influe sur la conservation et la valorisation du fourrage. L’objectif est d’avoir des brins d’une longueur moyenne ‘rendu auge’ de 8 à 10mm. Pour ajuster les réglages le jour du chantier d’ensilage de maïs, l’éleveur doit prendre en compte notamment l’agressivité des outils de reprise. Il devra par exemple augmenter la longueur s’il ronge son silo avec un système de fraise.

Rappelons ici que les essais sur la valorisation de l’ensilage de maïs en ‘brins longs’ n’ont pas mis en évidence de différences de performances par rapport à l’ensilage en ‘brins courts’ (8 à 10mm rendu auge).

Longueur des brins, la taille compte

La longueur de coupe dite ‘théorique’ correspond à la consigne de réglage donnée en cabine. En pratique, elle est souvent entre 13 et 18mm quand le maïs affiche un taux de matière sèche idéal. Pour autant la longueur réelle peut ne pas y correspondre. En effet, le résultat en sortie de la goulotte varie sous l’effet de plusieurs facteurs. Ils sont liés aux plantes: le gabarit et l’état de l’appareil végétatif, ou encore leur teneur en MS. D’autres paramètres dépendent de la machine. L’usure des couteaux est un exemple. L’éclateur en est un autre. Selon le type et l’agressivité, cet organe peut en effet exercer un effet ‘recoupe’ sur le fourrage.

Il est donc primordial de juger le résultat au silo et d’ajuster en conséquence les réglages si nécessaire. Le jugement doit se faire sur un fourrage représentatif de la ou des parcelles et être réitéré d’autant plus souvent que les parcelles sont hétérogènes entre elles. Les tamis, tels que le tamis secoueur Arvalis ou le tamis Penn State Separator, permettent de chiffrer plus objectivement la granulométrie du fourrage (tableaux 1 et 2).

Tableau de lecture test tamis penn state

Tableau 1: Préconisations de répartition granulométrique en utilisant le tamis Penn State Separator.

Tableau de lecture test tamis Arvalis

Tableau 2 : préconisations de répartition granulométrique en utilisant le tamis secoueur Arvalis.

Les systèmes d’ajustement automatique de la longueur de coupe au regard de la teneur en MS du fourrage peuvent être utiles. Cependant, il doivent être ‘bornés’ dans une plage de longueur de coupe raisonnable. Celle-ci est de l’ordre de + ou – 2 à 3mm de variation autour de la longueur de coupe moyenne définie.

Plus court quand c’est plus sec

Si la récolte doit s’effectuer à une teneur en MS supérieure à 38%, la conservation du fourrage devient prioritaire. Pour cela l’éleveur doit alors viser 10 à 12mm de longueur des brins dès la sortie de la goulotte. L’outil de reprise du fourrage n’entre alors plus dans l’équation.

Ensilage du maïs: coupe franche demandée

Dans tous les cas, les couteaux de l’ensileuse doivent couper, et bien couper. D’une part les longs morceaux, supérieurs à 20mm, rendent le tassage plus difficile. D’autre part, selon le type de rations, ces brins sont susceptibles d’être triés par les animaux. Cela induit un déséquilibre nutritionnel potentiellement néfaste entre la ration ‘théorique’ distribuée et celle réellement ingérée. Pour éviter ces déconvenues, il est nécessaire d’affûter régulièrement les couteaux de l’ensileuse et d’ajuster le couteau et contre-couteau.

Grains de maïs après ensilage

L’amidon contenu dans les grains apporte près de la moitié de l’énergie du maïs fourrage. Il est nécessaire d’éclater les grains afin de fournir aux microorganismes du rumen une surface d’attaque minimale pour dégrader le sucre complexe. S’il y a des grains intacts, le précieux fourrage ne sera pas pleinement valorisé (@Ronan Lombard).

Côté grains, la préconisation se résume en deux points. Aucun grain ne doit être retrouvé intact. L’essentiel doit même être éclaté en quatre morceaux. Cette préconisation garantit une valorisation optimale de l’amidon. Ce dernier constitue près de la moitié de l’apport énergétique du maïs fourrage. Rappelons aussi que le respect du stade de récolte (entre 32 et 35%MS), ainsi que le respect d’une durée de stockage minimale de deux mois avant ouverture sont deux paramètres tout aussi importants pour garantir sa bonne digestion.

Jouer de la bassine le jour du chantier de l’ensilage du maïs

Cette observation semble simple à effectuer. En réalité, elle n’est pas si évidente. L’observation d’une poignée de fourrage n’est pas suffisamment fiable. Ce jugement oculaire est biaisé par la proportion d’amidon, la couleur du fourrage, etc. La méthode de la bassine est très simple, rapide et gratuite. En isolant le grain du reste du produit, elle ouvre le champ à un jugement objectif de son éclatement.

La mesure du Corn Silage Processing Score (CSPS), désormais disponible auprès de certains laboratoires en France, permet quant à elle de chiffrer le niveau d’éclatement obtenu. Par définition, l’information n’est pas disponible le jour du chantier. Néanmoins, cette solution permet d’objectiver précisément la qualité d’éclatement des grains. Un score inférieur à 50 traduit un faible éclatement. On visera idéalement un score proche ou supérieur à 70 et ce d’autant plus que le stade de récolte est avancé et que la durée de conservation est courte.

Observation de la qualité de l'ensilage

Le test de la bassine consiste à plonger environ 2l de maïs fraîchement sorti de l’ensileuse dans un seau d’eau. Les feuilles et les tiges surnagent. Elles deviennent faciles à retirer en vidant l’eau. Au fond du récipient, il ne reste quasiment plus que les grains. Observer le niveau d’éclatement devient plus fiable, d’autant plus si le seau ou le support utilisé pour l’observation est de couleur foncée (@Ronan Lombard).

Le jour du chantier, si le contrôle pointe un niveau d’éclatement des grains insuffisant, il est possible réagir immédiatement en réduisant l’écartement entre les rouleaux éclateurs. C’est là le seul réglage sur lequel l’opérateur a la main à cet instant, mais d’autres paramètres influent tels que l’usure des éclateurs, d’où l’importance de vérifier leur état en fin de campagne précédente et de les changer si besoin.

L’entretien régulier de la machine est nécessaire

Depuis quelques années, les constructeurs ont aussi renforcé l’agressivité des éclateurs en proposant de nouvelles configurations de rouleaux ainsi qu’en augmentant le différentiel de vitesse de rotation. Ce dernier point a un effet important. Il renforce l’action d’écrasement par une action de cisaillement des grains. À noter qu’un serrage important de l’éclateur, couplé à un différentiel de vitesse des rouleaux élevé, génère un effet ‘recoupe’ important. Ainsi, après des ajustements du réglage de l’éclateur, il peut s’avérer nécessaire de vérifier à nouveau la longueur de coupe.

Eclateur d'ensileuse

Un entretien rigoureux de l’ensileuse entre deux campagnes impacte la qualité du fourrage récolté sur les élevages. L’usure de l’éclateur fait partie des points de contrôle incontournables (@Michel Seznec).

À lire aussi:

Ensileuse: les éclateurs au banc d’essai.

Grand différentiel et petit écartement pour un éclateur performant.

Ensilage: sur la même longueur de coupe.

Entraid Vidéos

Les bons réglages de l’ensileuse contribuent à la qualité du maïs fourrage

Prévoir la date d’ensilage selon la floraison

Valorisation des couverts végétaux : récolter ou enfouir ?

6 août 2020 : la Cuma de Blanzay sort l’ensileuse

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement