[Moissons dans la Marne – Ep 4] Cuma de la Noblette : « l’entraide à la moisson a déclenché la création de la cuma »

En région
entraide à la moisson témoignage de la cuma de la Noblette

La cuma de la Noblette réalise ses chantiers de récolte avec deux moissonneuses, "un fonctionnement qui permet plus de souplesse".

03/08/2018 - 10:27

Notre web-série des moissons dans la Marne se termine avec la cuma de la Noblette, à La Cheppe, près de Châlons-en-Champagne. Des agriculteurs qui travaillaient ensembles à la moisson et qui ont décidé de créer une cuma. Présentation.

Partagez cet article: [Moissons dans la Marne – Ep 4] Cuma de la Noblette : « l’entraide à la moisson a déclenché la création de la cuma »

Créée en 2016, la cuma de la Noblette (5 adhérents, 90 000 € de CA) est une cuma intégrale (hors pulvérisation et récolte de betteraves).

Eric Bonnard, adhérent, explique : « avant la création de la cuma en 2016, nous travaillions déjà ensemble pour les chantiers de semis et de récolte. D’ailleurs, c’est l’entraide lors de la moisson qui a déclenché la création de la cuma et la mise en commun de la quasi-totalité de notre parc matériel.

Nous disposons aujourd’hui de deux machines, une New Holland TC 5070 et une Massey Ferguson CEREA 7272, pour une largeur de coupe de 11,5 m (5 m 40 et 6 m 10). Les machines tournent à deux dans le même champ. Ce fonctionnement nous apporte de la souplesse et permet d’apaiser les éventuelles tensions qu’ils pourraient y avoir lors de l’immobilisation d’une machine. Même si nos machines sont assez anciennes, elles restent fiables grâce à un entretien bien suivi. Pour exemple, nous avons cassé la première section sur coupe de la New Holland lors de cette campagne, c’est-à-dire au bout de 10 ans.

Ce fonctionnement avec deux machines est aujourd’hui possible parce que nous avons de la main d’œuvre disponible.

Jusqu’à présent nous avions deux remorques de 18 tonnes et une remorque de 17 tonnes en tampon pour suivre les batteuses. Cette année, nous avons revendu les cinq remorques de la cuma pour racheter deux remorques trois essieux de 24 tonnes. De plus, pour ne pas perdre de temps au stockage à la ferme, nous avons installé une vis à grains avec un débit de 70 tonnes/heures.

Je ne sais pas quelle sera l’avenir de notre chantier de moisson, c’est dire si l’on conservera nos deux batteuses ou si nous les changerons pour une seule. En effet, je ne suis pas sûr que l’on arrivera à garder le même confort avec une seule grosse machine.

entraide à la moisson témoignage de la cuma de la Noblette

Cuma de la Noblette – Moisson 2018

A lire également dans la web-série « Les moissons 2018 dans la Marne » :

[Episode 1] Cuma des Sources : « Nous n’avons qu’une seule moisson à faire et pas cinq »

[Episode 2] Cuma de Congy : la télémétrie pour faciliter l’organisation et optimiser les chantiers

[Episode 3] Cuma de la Fontenelle : le groupe pour l’optimisation des coûts


Pour suivre la récolte en temps réel, direction le dossier : Moissons et prévisions de récoltes 2018

ble colza orges moissons 2018 recolte

A la une d’Entraid, la récolte des moissons 2018.

 

Publicité
Simple Share Buttons