ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

3 erreurs à éviter pour économiser l’engrais

Partager sur

3 erreurs à éviter pour économiser l’engrais

Les conseils de Jean-Charles Lescieux, chef produit Bogballe chez Lemken France.

Ouvrir et fermer les vannes de l’épandeur au bon moment, et prendre le temps de tester son engrais. Voilà de quoi éviter les erreurs les plus fréquentes et faire des économies.

L’épandage d’engrais minéral requiert précision et méthode pour appliquer juste la dose nécessaire. Or, au prix où il est actuellement, le fertilisant mérite des égards. Comment économiser facilement l’engrais? Jean-Charles Lescieux, chef produit Bogballe chez Lemken France, nous livre les trois erreurs les plus fréquemment vues sur le terrain. Au passage, il prévient de ne pas se fier aux bandes plus ou moins vertes dans la végétation. «Au champ, des différences visibles à l’œil nu n’apparaissent que lorsque le coefficient de variation dépasse 30%.» Effectivement, on imagine aisément qu’à un tel seuil, les pertes de rendement sont déjà là.

Erreur n°1: tourner trop tôt dans les coins de parcelle

«En arrivant dans les coins de champ, la plupart des utilisateurs tournent à 90° dans le passage de pulvérisateur. En fait, il faut aller plus loin vers la bordure pour bien fertiliser l’angle, et reculer ensuite avant de repartir.» Ici on met plus d’engrais, mais il profite à la culture.

schéma épandage engrais en coin de champ Bogballe

On risque de sous-doser le coin en n’allant pas assez loin.

Economiser l’engrais, erreur n°2: ouvrir trop tôt au démarrage

«Souvent, les agriculteurs ouvrent trop tôt en partant de la fourrière, et surdosent. Ils créent ainsi un risque de verse.» Effectivement, le tableau de réglage Bogballe indique qu’à 8km/h et en épandant à 24m, il ne faut ouvrir les trappes qu’à 22 ou 24m du bord de champ (selon le mode de pilotage de l‘épandeur).

Erreur n°3: mal tenir compte des caractéristiques de l’engrais

«Quand on ne trouve pas son engrais dans les tables d’épandage, il faut faire trois mesures: la granulométrie, la dureté et la densité. Ces paramètres sont essentiels pour obtenir les bons réglages et donc un bon épandage.» Bogballe fournit les accessoires nécessaires au deux premières mesures, et il suffit d’un récipient gradué et d’une balance pour connaitre la densité. Jean-Charles Lescieux conseille d’ailleurs de vérifier aussi les engrais a priori connus. «Pour un même engrais avec un même nom commercial, il peut y avoir jusqu’à quatre tables d’épandage différentes. Tout simplement parce que ce «même engrais» est fabriqué dans des usines différentes.»

engrais granulés

Le même produit commercial sortant de deux usines différentes peut présenter des caractéristiques variables.

Et ne pas oublier le recouvrement pour économiser l’engrais

Un dernier conseil pour la route, à destination de ceux qui bénéficient d’une «coupure de tronçons», dite «Section Control» chez Bogballe. «Bien souvent, l’opérateur veut que toute la surface à l’écran soit colorée et qu’il n’y ait pas de manque, donc il règle le recouvrement à 100%. Or, avec un épandeur d’engrais, il est conseillé de le régler entre 0 et 50%. En effet, l’épandeur est une machine centrifuge et la dose totale est appliquée sur deux passages. Il n’est donc pas nécessaire de régler le recouvrement sur 100%, à l’inverse d’un pulvérisateur.» Et là, c’est une économie d’engrais bienvenue.

banc de test d'épandeurs d'engrais Bogballe

Au cœur de l’usine Bogballe au Danemark, ce banc de test en 3D (au premier plan) et en 2D (au fond) permet au constructeur de caractériser les engrais et d’améliorer la précision de ses appareils.

En complément sur les épandeurs d’engrais: