[Gérer les pics d’activité] En équipe, la qualité et la sécurité du service gagnent

Organisation et Management
organisation ille armor pics organiser activite gestion

Didier Blanchard et Michel Alix, devant le combiné pour les semis de maïs.

13/05/2019 - 10:00

Au printemps, la cuma de Saint M’Hervé emblave 540 hectares de maïs grâce à un combiné performant, et surtout une équipe bien organisée. Questions à Didier Blanchard, salarié responsable des plannings des travaux.

Partagez cet article: [Gérer les pics d’activité] En équipe, la qualité et la sécurité du service gagnent

Depuis quand cette organisation en équipe pour les semis de maïs ?

La cuma a lancé la prestation de combiné de semis en 3 m en 1986. Puis nous avons acheté un deuxième combiné 3 m en 1990 et investi dans un combiné herse 4 m en 1994, pour passer en 4,5 m repliable en 2015. Nous avons mis en place la rotation sur le poste de conduite dès le début pour mieux faire face à la pointe de travail.

Comment s’organisent les plannings ?

Je prends les commandes des adhérents au fil de l’eau et je dresse une feuille de route à mes deux collègues qui conduisent le combiné. Ensuite les deux salariés s’organisent entre eux pour les horaires de la semaine avec un régime de 2 x 12 h (comprenant les temps de pause), à savoir 5 h/18 h et 18 h/5 h, ceci pendant 5 à 6 jours selon les volumes à semer. Avec un débit moyen de 1,5 ha/h, les surfaces semées sont de l’ordre de 35 ha sur 24 h.

Les années ne se ressemblent pas. comment adaptez-vous votre système ?

L’avance des chantiers de fumier et d’ensilage d’herbe détermine la disponibilité des chauffeurs pour les semis. Nous nous assurons qu’un troisième salarié puisse intervenir. Si c’est nécessaire, nous pouvons nous organiser en 3 x 8.

Le nombre de salariés vous apporte t-il de la souplesse dans cette organisation ?

La valorisation des équipements du tracteur (GPS, télégonflage) et du semoir électrique avec coupure de rangs demande de la compétence. Notre effectif est suffisant pour mobiliser au moins deux salariés aptes à le faire sur cette pointe de travail, tout en préservant la disponibilité de main d’œuvre pour les autres activités de printemps. 


Article issu de l’édition départementale Entraid’ de Décembre 2018.

Pour plus d’articles sur le sujet, retrouver notre dossier Gestion des pics en cliquant ici.

Par Christophe Nicaud
Publicité
Simple Share Buttons