ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

3 exemples pour démystifier le DiNA

Partager sur

3 exemples pour démystifier le DiNA

La journée de démonstration de matériels de la cuma des Prés s’est déroulé le 21 avril dernier.

Que l’on ait besoin de faire le point sur le fonctionnement de sa cuma, de prendre une décision importante ou de s’accorder un moment de réflexion… Le Dispositif national d’accompagnement de projets et initiatives des cuma (DiNA), dispositif phare du réseau, peut-être l’outil qui permet de résoudre diverses problématiques.

Grâce au DiNA, la cuma des Prés, basée à Moureuille, a réfléchi aux investissements futurs et a décidé d’organiser une journée de démonstration de matériels, le 21 avril dernier. «Nous avions dans l’idée de renouveler un certain nombre de matériels et, pourquoi pas, d’investir dans une ramasseuse de pierres. Pour que chacun puisse voir les machines en action, une journée de démonstration s’impose», commente Noël Thuret, trésorier. Avec l’appui solide de la fdcuma du Puy-de-Dôme et de la frcuma AuRA, la journée a pu avoir lieu. Si la question de la ramasseuse de pierres n’est pas tranchée, l’idée fait son chemin. «Ici, les cailloux, plus on en ramasse plus il en sort. C’est un investissement assez spécifique, mais tellement utile dans notre région agricole», note Julien Fournival, président.

Acquisition d’un bâtiment

C’est au sujet d’un bâtiment de stockage que la cuma ensilage du Canton de Menat (Saint-Pardoux) a choisi de faire appel au DiNA, persuadé de sa pertinence pour l’avoir déjà expérimenté. «Nous avions réalisé un DiNA en 2020 pour remettre à plat le fonctionnement de la cuma. Cette fois, nous avons besoin d’avancer sur le remisage du matériel», explique Jean-Louis Sauvestre, président. Pourquoi un DiNA pour cette décision? «Cela permet de structurer la situation rapidement et en présence de tous», ajoute Michel Bourguignon, vice-président. À ce jour, le DiNA a permis de prendre des décisions claires et le projet est sur les rails.
cuma du canton de Menat

C’est sur le sujet d’un bâtiment de stockage que la cuma ensilage du Canton de Menat, ici représentée par son president Jean-Louis Sauvestre et son vice-président Michel Bourguignon, a choisi de réaliser un DiNA.

Le DiNA: un travail de cohésion

Enfin, le DiNA peut aussi permettre aux cuma de trouver un nouveau souffle. Comme ce fut le cas pour la cuma de Pulverières. À son arrivée, le président Mathieu Herment avait à cœur de remettre un peu d’ordre. Ce n’est donc pas un, mais deux DiNA que la cuma a réalisé: «Le premier se concentre sur une remise à plat de la cuma avec, entre autres, un travail sur le capital social et les statuts. Cela peut paraître anodin, mais avoir une cuma saine d’un point de vue statutaire aide à repartir sur de bonnes base.» Le second DiNA s’est attelé à la mise en place d’un règlement intérieur, à la conception d’une nouvelle organisation et à l’instauration du principe de la collégialité des décisions. Une fois les bases assainies, la cuma a réalisé «quelques nouveaux investissements» et s’attache à «impliquer tout le monde». Se parler, se retenir, se mettre d’accord et avancer, voilà bien l’essence des DiNA. Enfin, à découvrir également: 35% des DiNA en Hauts-de-France concernent un bâtiment ou un salarié. Un DiNA pour faciliter l’arrivée du tracteur dans la cuma. Plus d’exemples dans notre Dossier Spécial.