[Diversification] Qu’auriez-vous fait à leur place ?

Gestion économique
Réparation en cours à l'atelier de la cuma de Bourlens

Et vous, qu'auriez-vous fait pour maintenir un service de mécanique agricole sur le territoire et rentabiliser le nouveau bâtiment de la cuma ?

20/02/2018 - 14:00

Face aux nombreuses cessations d’activité d’entreprises de matériels agricoles sur les territoires ruraux, que peuvent faire les cuma pour entretenir leur parc ? Tout en offrant un meilleur service aux adhérents et en rentabilisant les investissements. Trois choix possibles pour la cuma de Bourlens (47), associée à deux cuma locales.

Partagez cet article: [Diversification] Qu’auriez-vous fait à leur place ?

Choix 1 : Salarier l’artisan retraité

Cette activité de réparation de matériels agricoles est un nouveau métier. En interne, les compétences en mécanique, hydraulique et petite chaudronnerie n’existent pas. La première option à l’étude est de salarier à temps partiel le cédant, pour accompagner la structure en termes d’organisation de l’atelier, de relations commerciales et de formation, le temps qu’un employé formé et compétent soit embauché.

Choix 2 : Embaucher d’emblée un salarié compétent

Le deuxième choix à l’étude concerne l’embauche directe d’un salarié compétent et expérimenté en CDI à temps plein. Cette option présente un risque financier important avec le démarrage d’une activité inconnue de la cuma, et sans la certitude de conserver le portefeuille clients de l’entrepreneur retraité.

Choix 3 : Entreprendre des démarches commerciales, puis recruter

Une troisième option s’offrait au groupe: avancer prudemment dans cette diversification en proposant aux clients, agriculteurs ou non, adhérents ou non, des prestations basiques dans un premier temps. Mener en parallèle un travail de développement commercial et embaucher une personne avec des connaissances de base, prête à se former. Ensuite élargir peu à peu la gamme de prestations.

Et vous, qu’auriez-vous fait ?

Pour savoir comment la cuma a procédé, découvrir quelles solutions le groupe a trouvées face aux difficultés qu’il a rencontrées, rendez-vous dans le mensuel Entraid de février 2018. Si vous ne le recevez pas, abonnez-vous, c’est ici !

Publicité
Simple Share Buttons