Idée reçue 4: Valoriser les cultures associées de son exploitation, c’est mission impossible

Alimentation animale, humaine, semences de ferme... La valorisation de cultures associées est possible même en filière de proximité ou sur la ferme elle-même. Les solutions collectives de tri rendent bien des services en la matière. Elles se développent.

Pour plonger au cœur de la valorisation d'une association de culture, les solutions de tri sont un atout précieux. Plusieurs collectifs en développent sur le territoire.

Oser cultiver plusieurs espèces dans un même champ, et en même temps, pose plusieurs questions, dont celle de la valorisation du mélange. Les coopératives et organismes stockeurs collectent des mélanges. Charge à l’agriculteur de s’assurer, en amont de l’implantation, quelles associations accéderaient à ce débouché. Il doit être conscient qu’il lui sera alors impossible d’envisager la récupération d’une fraction du mélange.

S’il veut, par exemple, se servir de la céréale d’une association avec une légumineuse, ou améliorer l’autonomie protéique de son élevage, produire des semences de ferme, ou même développer la vente en circuit court pour l’alimentation humaine… d’autres voies sont possibles. Mais pour réussir la cascade, l’accès à un matériel de tri est indispensable.

Les collectifs acceptent les missions du tri

Plusieurs groupes dans l’ouest se fédèrent autour d’une activité de tri. Certains ont même plusieurs années de recul à leur actif. La plupart ont investi dans un trieur à grilles. C’est le système incontournable pour séparer deux graines de taille différente (typiquement: une céréale et un protéagineux). Le trieur à grilles élimine également la plus grande partie des déchets. En revanche, il ne répond pas non plus à toutes les situations. L’agriculteur qui destine sa culture complexe à de l’alimentation humaine aura impérativement besoin d’une chaîne de tri plus complète.

Selon les souhaits de valorisation, les projets et les organisations sur le tri des cultures peuvent donc être divers. Le réseau cuma dans l’Ouest observe encore que plusieurs projets prennent leur élan, souvent sur des échelles départementales.

Retrouvez toutes les parutions de cette websérie « Idées reçues sur l’autonomie protéique », et plus d’informations sur les techniques de tri, ainsi que des retours d’expériences de groupes.

À lire aussi sur le tri des grains:

Ils captent la valeur ajoutée avec la cuma la Trieuse

En Vendée, un exemple de trieur mobile

Tour d’horizon des technologies pour un tri efficace

Entraid Vidéos

Vague de gel dévastatrice dans les cultures

De l’électrique à la robotique dans les vignes

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement