ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

Le projet de bâtiment redonne un coup de jeune

Partager sur

Le projet de bâtiment redonne un coup de jeune

Inspirés par les visites chez les autres, les adhérents de la cuma du Belloy-sur-Somme sont sur le point d’investir un terrain pour construire un bâtiment de 1 400 m².

Cuma atypique avec ses neuf activités qui fonctionnent en chantier complet, la cuma de Belloy-sur-Somme (80) a eu recours au DiNA cuma pour concevoir son projet de bâtiment. Après avoir peaufiné la préparation, l’équipe est à un cheveu de passer à l’acte.

«Nous avons toujours parlé comme d’une évidence de ce bâtiment dont disposera à l’avenir la cuma de Belloy-sur-Somme. Aujourd’hui, tout est prêt. Il ne manque plus que le terrain pour construire», se réjouit Vincent Lepers, président. En attendant, le matériel reste stocké chez l’adhérent. En outre, ce dernier perçoit une rémunération au mètre carré contre l’engagement de le mettre à l’abri. Ainsi, «le terrain pour le bâtiment de la cuma ne doit pas appartenir à l’un d’entre nous. D’autre part, il doit se situer autour de Belloy pour faciliter son accès aux 40 exploitations adhérentes dispersées dans un rayon de 20km. Nous en avons quelques-uns en vue. Maintenant, il va falloir finaliser!»

Une vision large

En 1984, à l’origine de la cuma de Belloy-sur-Somme, une arracheuse à betterave en décomposé démarrait la première activité en chantier complet. Une machine rachetée à un membre fondateur, qui employait déjà un chauffeur-mécanicien. Très vite, d’autres activités se créaient autour d’un semoir à betteraves, d’une bineuse, d’un déchaumeur… toujours en chantier complet.

Les petites réparations chez l’adhérent qui hébergeait le matériel fonctionnaient. Finalement, cet exemple d’un membre disposant d’un hangar avec atelier et salarié a permis à chacun de se projeter plus facilement dans le projet.

Bâtiment de la cuma de Belloy-sur-Somme: le temps de réfléchir

Le bâtiment commun? Les adhérents de la cuma se sont d’abord réunis pour en discuter durant une réunion hivernale. Ils ont donné un avis favorable pour poursuivre la réflexion, et ont créé une commission jeunes. Ensuite, celle-ci a planché et mis au point une feuille de route pour cadrer le projet. De plus, elle a organisé des visites de cuma disposant d’un bâtiment avec atelier, phytobac… pour recueillir les meilleures initiatives du réseau durant l’année 2019-2020. En parallèle, elle abordait la conception du bâtiment, autant dire le type de bâtiment, le choix des matériaux, et les équipements souhaités avec un ordre de prix.

Vincent Lepers, président de la cuma de Belloy-sur-Somme

Vincent Lepers, président de la cuma de Belloy-sur-Somme, a participé aux travaux de la commission ‘jeunes’ sur le projet de bâtiment.

Le salarié avant les murs

La commission jeune a pu plancher dans le cadre du DiNA cuma, en apportant régulièrement les fruits de sa réflexion en réunion de bureau. Avec des alternatives à discuter comme l’équipement en panneaux photovoltaïques, coûteux mais qui assure un retour sur investissement. Comme il devenait urgent pour certains adhérents de libérer du temps pour leur fermes, le projet de recruter un salarié a fini par devancer la construction du bâtiment.

Par ailleurs, trouver un salarié à temps plein pour les chantiers en commun est également abordé dans le cadre d’un DiNA cuma sur l’emploi avec l’aide de la frcuma.

«Quand nous disposerons enfin du bâtiment, il restera à revoir complètement l’organisation de notre cuma.»

[Bilan] Ce qui a marché / Ce qu’ils changeraient

+ Déléguer, responsabiliser les jeunes pour qu’ils s’investissent dans la cuma à travers une préparation de ce projet ambitieux, anticiper.

– Le poids de l’attente du fait du confinement. La cuma a fait de nouveaux investissements en matériel qui attendent d’être mis à l’abri dans un contexte anxiogène de montée des prix des matériaux. L’espace doit être revu à la hausse pour permettre les gestes barrière.