Ce que le rugby peut enseigner aux cuma

La fédération des cuma de l’Aveyron avait mis les petits plats dans les grands pour son assemblée générale cette année. Chaleureuse, technique, drôle, positive, elle a permis aux participants de repartir “gonflés à bloc”, avec en prime les conseils avisés de l’ex-rugbyman, Yannick Jauzion. La classe!

Le collectif qui gagne, sujet parfaitement maîtrisé par l’équipe (salariés et administrateurs) de la fédération des cuma de l’Aveyron, qui a lancé avec une piquante saynète (et un haka) l’intervention de l’ex-joueur de rugby Yannick Jauzion.

Des chiffres forts, des actions au cordeau, une équipe mobilisée, des témoignages nombreux et concrets. Le public ressort en général très informé… et un peu étourdi de l’assemblée générale de la fdcuma de l’Aveyron.

A lire également: « Cuma d’Aveyron, un accompagnement toujours plus pro »

Cette année, les chiffres sont restés sagement à disposition dans le rapport d’assemblée générale. Les actions de l’équipe ont été juste esquissées. Les témoignages ont servi à appuyer le propos de l’invité de la fédération, l’ex-rugbyman Yannick Jauzion, venu évoquer la force du collectif.

Spectacle vivant

Les cuma aveyronnaises n’ont cette année pas cherché à prouver leur dynamisme en termes d’investissements ou d’activité. L’année 2018, sur laquelle portait l’assemblée générale, a de toutes façons fait tomber les records (voir ci-dessous). L’objectif était de remettre l’humain au centre du jeu.

En effet, les réunions de secteur le montrent, année après année. Les préoccupations des responsables, et les écueils dans les groupes, tournent davantage autour des questions relationnelles (engagement notamment) que techniques.

Lors de la “première mi-temps”, l’équipe de la fédération a projeté un film retraçant 50 ans d’action collective en cuma. De leur naissance, impulsée par le ministre de l’agriculture Tanguy Prigent, au sortir de la guerre, à leur reconnaissance en tant qu’outil de gestion, de la diffusion de l’innovation, au développement de l’emploi partagé.

Un panorama, assortis de témoignages, “qui nous oblige à réfléchir à notre responsabilité”, indiquait Frédéric Carrière, président de la fédération. « Depuis la dernière assemblée générale, se sont mis en place un nouveau bureau, une équipe de salariés remaniée”. Le tout avec une nouvelle feuille de route déclinée autour de 4 objectifs:

  • une fédération active et actrice de son avenir et de celui du réseau;
  • une fédération qui défend et renforce le modèle coopératif;
  • une fédération visible au sein du réseau cuma et des territoires;
  • une fédération proactive dans un esprit de solidarité agricole.

Changement de stratégie en deuxième mi-temps. L’intégralité de l’équipe de la fédération, salariés et élus, a mouillé le maillot en interprétant une courte pièce de théâtre illustrant “la force du collectif”.

Une démonstration de conviction, couronnée par un haka en bonne et due forme.

On parle d’engagement: toute l’équipe fédérative est donc sur le pont pour cette saynète, y compris le président, Frédéric Carrière, très à l’aise avec le rameau d' »olivier ».

 

Grand témoin

Un haka! Parfaite introduction pour le grand témoin de la journée. Yannick Jauzion, ancien joueur du Stade Toulousain, avec au compteur 73 sélections au sein du XV de France, est venu évoquer la force du collectif. Rappel: il est l’auteur d’un essai mythique contre l’équipe néo-zélandaise des All Black (2007, quart de finale de la Coupe du monde).

Un joueur de rugby vient évoquer devant un public agricole les similitudes entre sport collectif et engagement de groupe.

Le grand témoin de la matinée, Yannick Jauzion, ex-joueur au Stade Toulousain.

 

Interrogé sur ce point, Yannick Jauzion a défini les valeurs qui fondent le groupe. A ses yeux, ce sont l’engagement et la complémentarité.

“Quand tout le monde s’engage, ça donne un vécu incomparable, plus fort qu’une stratégie gagnante”, a décrit celui qui est présenté comme “l’un des meilleurs centres du monde”. Il est aujourd’hui engagé dans la production de ginseng et associé dans une société de courtage en assurances.

Il a également évoqué la nécessité d’intégrer les nouveaux. “Il est important quand on est un jeune joueur d’avoir des ‘papas’”, a-t-il souligné.

Enfin, lorsque l’équipe affronte des échecs, “elle peut les surmonter si le groupe possède des valeurs préexistantes. S’il s’agit de technique, on retravaille. Sinon, si le souci émane du groupe, il faut mettre en place des actions ludique pour le resouder, redonner de l’initiative à chacun. Car l’initiative doit venir du groupe”.

Des propos étayés par des témoignages de cuma (ici, la trésorière de la cuma de Ste Geneviève d’Argence, qui porte un ambitieux projet de méthanisation, en service).

 

Ont notamment témoigné pour appuyer le propos:

  • la cuma d’Onet-le-Château qui a redynamisé son groupe en mobilisant deux responsables plus jeunes;
  • la cuma de Lassouts, dont les responsables ont organisé un pique-nique champêtre pour inclure les familles et faciliter les échanges entre adhérents;
  • le rapprochement des cuma de Bellas et Castaner pour l’activité moisson en profitant du décalage des dates de récolte.

A lire également: « Rugby, cuma, agriculture: un engagement intense et des valeurs fortes »

Challenge cuma au diapason

Pour clôturer l’assemblée générale, le Crédit agricole Nord Midi-Pyrénées a remis 9 prix à l’occasion de l’assemblée générale de la fdcuma de l’Aveyron, dans le cadre du traditionnel Challenge cuma, sur le thème de « la force du collectif »:

  • 6e prix à la cuma de Lassouts pour  l’organisation d’un repas champêtre avec l’ensemble des adhérents de la cuma et leurs familles;
  • 5e prix ex-aequo à la cuma de Savignac pour la mise en place progressive d’un service tracteur pour permettre à trois jeunes agriculteurs de conforter leur installation;
  • 5e prix ex-aequo à la cuma d’Onet-le-Château pour l’installation d’une nouvelle dynamique au sein du conseil d’administration;
  • 4e prix: cuma de Pradinas pour le regroupement progressif de deux cuma;
  • 3e prix ex-aequo à la cuma de Bellas pour l’entente entre trois cuma pour accélérer le débit du chantier moisson;
  • 3e prix ex-aequo aux cuma de Lunac et Mazières, qui ont organisé une activité ensilage commune;
  • 2e prix à la cuma de Baraqueville qui a misé sur le collectif intercuma pour progresser, s’organiser afin d’améliorer la qualité des services proposés aux adhérents;
  • 1er prix à la cuma de Saint-Geneviève d’Argence / Cantoin, pour la mise en place d’un service complet de gestion des effluents d’élevage dans le cadre collectif de valorisation des effluents par méthanisation.

Les lauréats de l’édition 2020 du Challenge cuma, soutenu par le Crédit agricole Nord Midi-Pyrénées.


Les cuma d’Aveyron en chiffres

  • 80% des exploitations aveyronnaises adhèrent à au moins une cuma
  • 7.600 adhérents
  • 267 cuma (dont 17 intercuma pour des services complémentaires ou spécialisés)
  • 14,48 millions d’euros investis en 2018, contre 10,50 millions en 2017
  • 17,87 millions de chiffre d’affaires global réalisé en 2018
  • 66 équivalents temps plein créés autour de métiers variés (3 de plus en 2019)

 

Entraid Vidéos

Quelle sera la place des cuma dans la PAC 2020 ?

Zapping 2019: de Super Mario aux distances de freinage d’urgence

[Interview] Des collectifs pour des actions efficaces

Entraid Magazine de novembre 2019

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement