Trois faucheuses Pickett made in States

« Enfin, elles sont arrivées » s’exclame Michaël Guillard, président de la cuma des Petites Graines, située à côté de Blois (Loir-et-Cher) à propos des trois nouvelles faucheuses Pickett achetées outre-Atlantique.

Une des trois faucheuses achetées par la cuma des Petites graines (Loire et Cher) pour la récolte des grains d'haricots semences.

Après 8 mois d’attente et une traversée de l’Atlantique, les trois faucheuses de marque Pickett, en provenance des Etats-Unis, et montées par les établissements AVL (Maine-et-Loire),  sont arrivées à bon port.

Faucheuses Pickett un débit de 2 ha/h

Elles ont été livrées à Villerbon dans le Loir-et-Cher, sur les terres de la cuma des Petites Graines. Ces trois outils seront utilisés pour la récolte de grains de haricots semence et la mise en andains en un seul passage. Bénéficiant de subventions, ces trois machines neuves ont été achetées à hauteur de 130.000 € HT. 14 adhérents sont engagés sur 92 hectares.

150 cv nécessaires et un débit de 2 ha/h

« Nous sommes vraiment satisfaits des trois faucheuses Pickett », souligne Damien Lidon, le trésorier. « Après une semaine d’utilisation, la qualité de travail est très bonne. Les deux barres arrachent bien les plants et nous remontons moins de terre. Tout comme les pierres pour le passage de notre moissonneuse-batteuse derrière. Les andains sont plus aérés et sèchent plus vite. Les réglages sont multiples (profondeur, distance entre les barres, vitesse du pick-up et du tapis d’évacuation, …) et très faciles à effectuer. La vitesse de travail varie entre 6 et 8 km/h pour un débit de chantier d’un peu moins de 2 hectares par heure. Le seul bémol est le poids de la machine ; il faut au moins un tracteur de 150 chevaux avec une masse supplémentaire à l’arrière »

A lire aussi :

Le fauchage andainage des porte-graines 

Le fauchage andainage a encore des perspectives et des plâtres à essuyer

La moisson en deux temps 

Entraid Vidéos

Ils font les silos avec un-gros-chargeur frontal MX

Premiers ensilages de maïs dans la Vienne

Moisson: pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple?

La bineuse suit la trace du semoir grâce au RTK

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement