[Avis John Deere 1990 CCS] Le semis direct, oui mais avec de l’engrais localisé

La Cuma de la Providence a fait l’acquisition d’un semoir John Deere d’origine américaine pour semer et fertiliser en direct les céréales et le soja. Un choix motivé.

Des terres argileuses et pour partie caillouteuses.

La Cuma De la Providence (Charente) possède un semoir de semis direct à disques équipé pour la fertilisation localisée. Un choix en deux étapes. Yoan Delage et Michel Delage, deux des principaux utilisateurs, voulaient un semoir à disques en raison des pierres présentes sur une partie du secteur concerné. Michel connaissait déjà la technique pour avoir utilisé un Kuhn SD300. Avec son collègue Yoan, ils ont porté leur choix sur l’élément John Deere, qui offre selon eux une maîtrise de la profondeur identique à celle d’un semoir monograine.

semoir JD

Des éléments semeurs bien connus sur le 750A.

Ils voulaient aussi du débit de chantier, afin de pouvoir intervenir dans ces créneaux étroits : « Derrière maïs grain, dans nos sols, il arrive par exemple qu’on ne puisse semer en direct que l’après-midi ». Mais ils souhaitaient aussi apporter une fertilisation au semis. Une expérience passée avec de l’engrais solide les avait convaincus de l’intérêt de cette technique pour booster le démarrage, et de l’effet positif du phosphore sur l’enracinement.

semoir jd

La cuve à engrais et les débitmètres à bille pour surveiller les bouchages éventuels.

La pesée pour étalonner

Leurs recherches les ont menés vers modèle peu courant en France, un John Deere 1990 CCS d’occasion. Largeur de travail : 9,15 m, pour 19 cm entre rangs. « L’élément semeur est celui du 750A. Nous avons fait monter dessus un système de fertilisation liquide, et un dispositif de pesée ». La fertilisation, généralement 100 l/ha de 14-48, est apportée au ras du sol, quelques centimètres à côté du rang. La pesée fonctionne en statique, pour simplifier l’étalonnage : le débit est calculé avec le différence de poids entre un point zéro et une mesure faite après avoir semé sur quelques dizaines de mètres. Le semoir est utilisé par deux tracteurs de marques différentes mais Isobus, ce qui le dispense d’un boîtier de réglage.

semoir JD

L’engrais tombe au sol sur le côté de la ligne de semis.

Très maniable

L’investissement s’est élevé à un peu plus de 100 000 €, pour environ 300 ha/an au départ. « Le semoir nous revient entre 55 et 70 euros par hectare, plus le tracteur et entre 4,5 et 7,5 litres de carburant, trajet compris. Cela pourrait sembler beaucoup mais il n’y a rien d’autre, ni labour ni reprise ! ». Côté débit, à environ 8 km/h, il dépasse 8 ha/h en instantané. Le débit réel dépend du parcellaire mais ce semoir est en tout cas très maniable.

semoir JD

Yoan Delage et Michel Delage cherchent des sources d’inspiration aux Etats-Unis ou au sein de groupes de développement come Agro d’Oc.

Avec ses roues folles à l’avant comme à l’arrière : « Il tourne sur place, bien mieux que les semoirs larges de conception européenne ». Côté durée de vie, la machine est globalement robuste car taillée pour une utilisation intensive. Il faut néanmoins surveiller l’usure des socs semeurs ou des languettes de stabilisation des grains dans le sillon et la prise de jeu de certains articulations.

semoir JD

Semoir John Deere.


Tout savoir sur le semis direct sur Entraid.com : SD SDSC Semis direct

Matériel : Semis direct, simplifié : quel semoir choisir ?

Test matériel : [Semis direct] Avis d’utilisateur sur le semoir Gaspardo Gigante 4m traîné

[Semis direct] Avis d’utilisateur sur le semoir Sly Boss

Le semoir Sly Boss accompagne la montée en puissance du semis direct

Retour utilisateurs : 11 semoirs testés en semis direct sous couvert

Dans la Marne : Huit semoirs de SD et TCSL en démonstration

Comportement : Semis direct de maïs : restons curieux et acceptons de « perturber » notre oeil

Chantier de pro : #semis de maïs #non labour : un staff de pros dans les Landes

Initiatives : Direct, astucieux et orignal ! #semis de maïs #sdsc

Entraid Vidéos

Devenez le « Top Chef » de vos vaches et jeunes bovins

L’assureur encourage la lutte contre l’incendie

L’autonomie, la vraie!

Les cuma confirment leur leadership sur la robotique

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement