Comment bien choisir et acheter son épandeur à fumier

Machinisme Agricole Tests et avis

La journée MécaElevage 2014 a permis de comparer au travail une belle palette de matériels d’épandage, une occasion pas si fréquente.

23/11/2015 - 10:42

La journée MécaElevage 2014 a permis de comparer au travail une belle palette de matériels d’épandage, une occasion pas si fréquente. Gros plan sur les épandeurs à fumier.

Partagez cet article: Comment bien choisir et acheter son épandeur à fumier

La journée cuma MécaElevage, en juin 2014 à Bressuire (Deux-Sèvres), a donné aux visiteurs un état des lieux de l’épandage d’effluents. Comme l’ont dit les animateurs de l’évènement, ce domaine a bénéficié de progrès important au cours des dernières années, mais il reste en retard sur l’épandage des engrais minéraux. Notamment parce que le fumier n’est pas toujours perçus comme un fertilisant à part entière. Or, le transformer en quintaux de blé demande de maîtriser la qualité de l’épandage, plus exactement la dose de produit et sa répartition uniforme. Que l’engrais soit minéral ou organique, on l’obtient d’ailleurs par les même trois piliers : le produit, l’homme et le matériel.

Le produit, l’homme et le matériel

En l’occurrence, le produit se révèle très variable : humidité, consistance, homogénéité et dosage par hectare. L’opérateur intervient par son savoir faire en matière de chargement du matériel d’épandage (régularité dans la caisse de l’épandeur à fumier), ainsi qu’en matière de conduite. Il décide aussi des réglages, de l’entretien du matériel et de la dose apportée. Troisième acteur : le matériel. Il se distingue par ses caractéristiques techniques, son niveau de perfectionnement (pesée, DPA, etc), sa robustesse (pour un coût maîtrisé) et sa capacité à respecter le sol. Ce dernier point n’a pas forcément de conséquence immédiate mais s’avère un enjeu agronomique à moyen terme. Des matériels de plus en plus lourds font en effet courir des risques de tassements irréversibles en profondeur.

Hérissons verticaux

Les spécialistes des fédérations de cuma du Poitou-Charentes et de la Chambre d’agriculture des Deux-Sèvres ont analysé les épandeurs à fumier du marché pour la journée MécaElevage. Aujourd’hui, la très grande majorité des cuma achète des épandeurs à deux hérissons verticaux. Ils sont dotés d’une caisse étroite (le type « tombereau ») ou d’une caisse large, de hérissons à simple ou double spire, de disque de projection en partie basse des hérissons. Leur largeur d’épandage va de 5 à 12 m. En complément, ils peuvent recevoir une hotte pour les fumiers légers non collants, un déflecteur pour les bordures de parcelle, une pesée embarquée avec débit proportionnel à l’avancement, une porte arrière avec repère d’ouverture, une centrale hydraulique, etc. Ils s’avèrent robustes et polyvalents.

Table d’épandage

Un deuxième type d’équipement arrive ensuite : la table d’épandage. Elle se monte sur une caisse étroite ou large, avec deux hérissons horizontaux émietteurs, une hotte canalisant le fumier vers les plateaux, et 2 à 4 plateaux équipés de 2 à 4 pales d’éjection. La largeur d’épandage va de 9 à 18 m. Ce dispositif peut être complété par une porte arrière avec repère d’ouverture, un volet de hotte réglable en hauteur et en inclinaison, un report de charge, une pesée embarquée, un DPA, une centrale hydraulique, etc. La table d’épandage convient en particulier aux fumiers de volailles apportés à faible dose.

Un label de qualité

Les moyens pour épandre avec précision ne manquent donc pas. Depuis 2014, on a vu arriver sur le marché des premiers matériels labellisés Eco-Epandage, chez Buchet et Pichon. Ce dernier apporte à l’acheteur une série de garanties sur les performances de la machine, sur sa facilité d’emploi (avec une offre de formation) et sur sa capacité à respecter les sols. Une moins bonne nouvelle accompagne ce signe de progrès : les périodes d’épandage rétrécissent encore. Il faudra s’organiser toujours mieux pour épandre en temps voulu sans tomber dans le gigantisme côté équipements.

Eco épandage

Après une longue gestation, le logo Eco-Epandage commence à apparaître sur des matériels du marché.

Les hérissons verticaux
(Source : MécaElevage 2014)
Points fortsPoints faibles
Hérissons verticaux Rolland- Largeur d’épandage satisfaisante (selon le fumier et les hérissons),
- Robustesse,
- Faible dose possible,
- Emiettement correct,
- Polyvalent,
- Ne projette pas de fumier sur l’avant.
- Poids élevé des hérissons,
- Répartition sensible au vent,
- Demande de la puissance à régime élevé avec des hérissons de grand diamètre.
Les tables d’épandage
(Source : MécaElevage 2014)
Points fortsPoints faibles
Table d'épandage Dangreville- Adaptée aux fumiers peu cohésifs de type volaille,
- Largeur d’épandage importante,
- Faible dosage à l’hectare facilité,
- Propre au transport,
- Peu sensible au vent
- Non adaptée au fumier pailleux, frais, compact,
- Non adaptée aux produits collants,
- Poids très important de l’équipement arrière,
- Mécanique complexe,
- Demande de la puissance.

A lire aussi : 

LISIER: COMBIEN ÇA COÛTE AU MÈTRE CUBE

LISIER : RENTABILISER UNE RAMPE À PENDILLARDS EN 3 ANS

TONNES À LISIER : VERS UNE INTERDICTION DES BUSES PALETTE ?

Effluents : LES FONDAMENTAUX DE LA RÉGLEMENTATION

Comment choisir son matériel agricole : 

Que choisir : CHOISIR UN ÉPANDEUR À FUMIER

Que choisir : CHOISIR UN PLATEAU FOURRAGER

Que choisir : CHOISIR UNE TONNE À LISIER

Que choisir : LISIER: PALETTES, PENDILLARDS, ENFOUISSEURS À DENTS

Que choisir : Matériels d’irrigation

Que choisir : Investir dans une faneuse 6 ou 8 toupies ?

Que choisir : Les 3 questions à se poser pour acheter sa moissonneuse-batteuse ?

Que choisir : Dents, disques… Comment bien choisir et acheter son semoirs à semis direct ?

Que choisir : COMMENT BIEN CHOISIR ET ACHETER SON ENSILEUSE ? LAQUELLE ÉCLATE LE MIEUX ?

Publicité
Simple Share Buttons