Coûts de revient: la cuma de Bégué adopte le logiciel Perfarmer

Depuis le mois de février, les dirigeants de la cuma de Bégué se sont engagés avec la société Perfarmer pour améliorer la gestion de leur ferme, avant d’y voir un intérêt pour la cuma.

Les responsables de la cuma gersoise de Bégué ont adopté le logiciel pour leur exploitation avant d'y voir un intérêt pour la cuma.

Les responsables de la cuma de Bégué ont rejoint une communauté de plus d’une centaine d’agriculteurs du Gers qui se sont équipés du logiciel Perfarmer pour optimiser leur assolement, leurs itinéraires techniques, l’achat de leurs intrants, la commercialisation de leurs céréales ou encore leur stratégie de mécanisation.

Mécanisation et intrants

“La mécanisation est probablement le poste le plus important quand on sait qu’il pèse autour de 30 % du coût de revient. Un mauvais investissement dans un tracteur peut rapidement mettre une exploitation en péril. Le logiciel nous permet de connaître précisément nos coûts de revient, le coût de chacune de nos interventions et nous aide à simuler l’intérêt de nouveaux investissements pour la cuma. En plus, les règles de calcul sont réalistes par rapport à nos itinéraires culturaux et à notre région. C’est un outil simple d’utilisation et intuitif, pour seulement 3 €/ha/an”, déclare Nicolas Glevard, adhérent de la cuma de Bégué et l’un des premiers agriculteurs à avoir travaillé avec cette nouvelle start-up.

Connaître ses coûts de revient

La cuma compte désormais aller plus loin en se servant de l’outil pour favoriser l’achat des intrants en commun mais également, pourquoi pas, attirer des jeunes agriculteurs en cours d’installation. En effet, grâce à un système de comparaison avec la communauté, l’agriculteur peut facilement identifier les outils qui lui coûtent cher, estimer l’intérêt d’avoir du matériel en cuma plutôt qu’en propriété et adapter son parc matériel à son exploitation pour devenir plus performant.

C’est exactement ce qui s’est passé chez Michel Bourrousse, agriculteur à Saint-Puy sur une soixantaine d’hectares et cofondateur de Perfarmer, qui après avoir calculé le coût de ses interventions avec du matériel en propriété, a initié la création de la cuma de Saint-Puy… Après près de 15 ans de travail sur les calculs de coûts de revient en agriculture, Michel Bourrousse en est convaincu : “Le point de départ pour améliorer la rentabilité de sa ferme et donc son revenu, c’est de connaître ses coûts de revient. Comme on dit, tout ce qui se mesure s’améliore ! »

Entraid Vidéos

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

La fidélité a un prix…

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

Fidèle à son concessionnaire ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement