Un format d’ensilage bien calé

Une petite dizaine d’adhérents autour d’une ensileuse de milieu de gamme en termes de puissance, renouvelée sur un rythme régulier. La cuma du Kreiz Breizh représente une organisation assez classique grâce à laquelle des éleveurs atteignent leurs objectifs de qualité. Deuxième épisode d’une série de portraits des cuma ensilage dans l’Ouest.

Avec une ensileuse de milieu de gamme en puissance, telle que la Jaguar 840, la cuma du Kreiz Breizh aiguise ses performances. Elle pourrait aller vers une surface de 400 ha sans rogner sa qualité de service (@Ronan Lombard).

A la cuma ensilage du Kreiz Breizh, à Langonnet, l’ensilage est une activité historique. Les adhérents y sont attachés. Ils sont huit à utiliser l’ensileuse pour l’herbe, pour un total annuel d’environ 60 heures. Lors de la campagne de maïs, l’ensileuse assure la récolte d’environ 360ha chez une douzaine d’adhérents. Au niveau de l’organisation, les adhérents s’inscrivent en début de campagne pour un pré-planning. Ensuite, le responsable de l’activité l’adapte chaque semaine en fonction des besoins de chacun.

360ha de maïs et entre 150 et 200ha d’herbe

Cette organisation traduit l’objectif de qualité du service et le format du groupe facilite les choses. Globalement, «notre machine nous permet de caler nos chantiers pour que chaque agriculteur soit servi en temps et en heure et que la qualité de l’ensilage soit au rendez-vous», résument les responsables. En 2019, ils ont effectué un renouvellement de l’automoteur. Le nouveau modèle affiche une puissance un peu supérieure à l’ancien. Malgré cela, le choix a été fait de conserver un bec 6 rangs. Pour Sébastien Poupon, trésorier de la cuma ensilage: «il ne faut pas aller trop vite sur les chantiers!» Chez eux, «c’est le tas qui régule la machine! Dans notre organisation en entraide, il faut avoir un débit de chantier en adéquation avec nos silos et les tasseurs.»

«Le plus important est de maitriser les chantiers»

Le plus souvent le silo est réalisé par un duo de tracteurs: Le premier étale le fourrage quand le second se focalise sur une tâche: tasser. Le groupe de l’ouest du Morbihan sollicite un salarié d’une cuma voisine pour la conduite et l’entretien de son ensileuse. Il arrive aussi qu’elle fasse appel à un tracteur de 200ch, avec chauffeur, pour la confection du silo. «Même un tracteur de cette puissance peut être juste lorsque la machine est dans les belles parcelles», relate Sébastien. Comme dans les petites parcelles, le bec six rangs fait perdre un peu de temps à l’opérateur, ce format se pose comme un bon compromis dans le territoire. Ainsi l’ensileuse de la cuma du Kreiz Breizh approche des 2 ha/h en débit moyen. Sébastien Poupon estime que «la cuma pourrait monter à une surface annuelle de 400 ha de maïs, sans rogner sur la qualité du travail.»

A lire aussi:

Un groupe modeste en dimension, ambitieux sur la qualité de son service ensilage

Presque un millier d’hectares dans son année, l’ensileuse au taquet (à venir le 21/08)

Des flottes d’ensileuses assurent des surfaces importantes

Entraid Vidéos

6 août 2020 : la Cuma de Blanzay sort l’ensileuse

L’ensilage brins longs n’a pas eu d’effet sur les performances

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

[Ensilage de maïs] Le risque c’est 10.000 euros de perte sur 30 ha

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement