Date de récolte: L’ensilage est en avance sur les temps de passage

C’est le premier indicateur de la précocité de la culture du maïs fourrager: la date de floraison arrive en avance cette année encore. En Rhône-Alpes ou Pays-de-la-Loire, les récoltes devraient démarrer avant le 25 août.

Pour éviter d’arriver hors délais au pied de ses maïs déjà fleuris, Arvalis glisse une petite astuce : la sortie des soies suit d’une semaine à dix jours l’apparition des panicules.

Dès à présent, les observateurs sont sur le pont pour ne pas laisser la bonne date de récolte s’échapper. Quand sortent les panicules mâles aux cimes des champs, il s’agît d’être aux aguets pour aller repérer où en sont les fleurs femelles et leurs soies. Car elles sont beaucoup moins bien identifiables depuis le bord de la route. Déterminer le stade de floraison femelle(1), «aide les éleveurs, les cuma et les entrepreneurs à planifier les récoltes et optimise la qualité des ensilages pour les élevages», rappelle Arvalis dans un communiqué qui affirme une ambition: «réduire le pourcentage de parcelles de maïs fourrage récoltées à surmaturité.»

Carte prévisionnelle 2020 n°1 des dates de récolte

Les premiers chantiers d’ensilage s’annoncent en avance cette année, en particulier le long d’une bande allant de la Vendée au Jura.

Depuis plusieurs années, l’institut constate que le phénomène se répète. Il invite les éleveurs à surveiller de près la date de floraison du maïs fourrager, premier repère pour appréhender la fin du cycle de la culture. «A partir du stade floraison, il faut entre 550 et 700 degrés-jour (base 6-30°C), selon la précocité de la variété, pour atteindre le stade optimal de récolte plante entière. Cela représente de 45 à 70 jours selon les régions et le climat», explique Michel Moquet, Ingénieur fourrage chez Arvalis.

Un tour de champ partout en France

Cette année, autant ne pas rater le réveil pour relever le challenge. Car même si le mois de juin, pluvieux et frais, a atténué la tendance, les cultures de maïs restent en avance à la faveur du démarrage en fanfare des températures au début du cycle jusqu’à fin mai. «En moyenne, la floraison femelle sera observée environ 5 jours plus tôt que l’an passé. Les régions qui présentent le plus fort excédent de températures verront la floraison femelle des maïs avancée de 8 à 10 jours en moyenne. Ce sera le cas notamment en Pays de la Loire, Centre, Bourgogne et Franche-Comté, Rhône-Alpes… Dans les autres régions, il faudra compter entre 0 et 5 jours d’avance», pronostiquent les ingénieurs fourrage. D’après leur première prévision établie au 9 juillet, une très grande majorité des ensileuses devra avoir lancé leur campagne avant le 25 août, autant en Rhône-Alpes que dans les Pays-de-la-Loire.

 

Trois jours d’erreur sur l’observation, c’est une semaine dans la vue à la récolte

Avant d’envoyer les ensileuses, et leurs caravanes de remorques, sur les routes de nos campagnes dès août/septembre, il faut bien noter la date de floraison du maïs fourrager, «avec précision! insiste la communication. «Parce que se tromper de 3 jours à la floraison c’est se tromper d’une semaine à la récolte», résument les experts avec une traduction en termes d’impact potentiel sur la teneur en matière sèche: 2 points supplémentaires, voire plus en année chaude. Les acteurs ainsi avertis ont toutes les clefs pour anticiper et s’éviter une course contre le thermomètre dans environ deux mois.

(1) Jour où la moitié des plantes d’une parcelle présente des soies visibles à l’aisselle des feuilles – Arvalis.

Entraid Vidéos

6 août 2020 : la Cuma de Blanzay sort l’ensileuse

L’ensilage brins longs n’a pas eu d’effet sur les performances

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

[Ensilage de maïs] Le risque c’est 10.000 euros de perte sur 30 ha

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement