ePrivacy and GPDR Cookie Consent by TermsFeed Generator

La jeune génération aux manettes

Partager sur

La jeune génération aux manettes

A la cuma Marcillacoise, l’arrivée de «sang neuf» stimule la vitalité du groupe.

La cuma Marcillacoise en Corrèze a opéré récemment un coup de jeune. Une nouvelle génération d’adhérents assume désormais l’essentiel des responsabilités. A la clé, une vague importante d’investissements.

À 26 ans, Quentin Flotte est le nouveau président de la cuma Marcillacoise. À ses côtés, Sylvain Ponty et Pierre Massoubre sont du même âge. Ils assurent les fonctions de trésorier-adjoint pour le premier. Et de secrétaire pour le second. Dans leur sillage, d’autres jeunes ayant des liens de camaraderie au sein du syndicalisme jeune, s’impliquent aussi dans le groupe. En tout, la cuma fédère une dizaine de JA qui ont pris leurs responsabilités sans avoir eu beaucoup de tuilage avec la génération précédente.

Ce «sang neuf» stimule la vitalité du groupe. La cuma a relancé des projets, clarifié les responsabilités et les engagements de chacun. L’ambition collective de cette nouvelle génération est à la hauteur des défis qui se posent à tout nouvel éleveur qui s’installe aujourd’hui: travailler vite et bien, à un coût maîtrisé. C’est pourquoi ils ont dressé une complète d’acquisition de matériels.

Fauche, pressage, épandage…

Cela a commencé par l’achat, en janvier 2021, d’un épandeur à fumier Sodimac de 11 m³ avec DPA. L’engin dispose aussi d’une hotte pour assurer l’épandage régulier de tous les types de fumiers. En effet, au-delà du fumier classique de bovin à épandre, l’exploitation de Quentin Flotte comporte un élevage de poules pondeuses. Or l’épandage de ce type de fumier, issu de volailles, impose des précautions pour ajuster la bonne dose.

Mais le principal flux d’investissement concerne l’année 2022. Dans le panier des emplettes, citons:

  • Un broyeur sous clôture Desvoy. Un équipement pratique pour les nombreuses exploitations d’élevage contraintes d’entretenir régulièrement leurs clôtures électrifiées.
  • Un gyrobroyeur Gyrax de 5,40m.
  • Une faucheuse-conditionneuse traînée (occasion) de 3m et une autre frontale de 3 m. Soit un ensemble de 6m!
  • Pour compléter la chaîne de récolte d’herbe, la cuma a acheté aussi dans la foulée une presse à balles rondes…
  • Un tracteur John-Deere 6140 (140cv) pour tracter en priorité les faucheuses et la presse à balles rondes. Le prix prévisionnel sera de 15€/h, hors carburant pour une durée d’utilisation de 550h/an.
  • Un épandeur à engrais Kuhn avec DPA, pesée en continu et coupure de tronçons.

Autant de matériels qui jusqu’à maintenant n’existaient pas dans la cuma. Jusqu’ici, la Marcillacoise détenait «seulement» un épandeur à fumier plus ancien, une moissonneuse-batteuse, un déchaumeur à dents, deux bennes, deux bétaillères et un enfonce-pieux en phase de renouvellement.

Près de 50% de subvention

L’octroi de subventions PCAE de près de 50% du coût du matériel, a été incontestablement un accélérateur pour redynamiser le groupe. Au-delà de ce coup de pouce financier, le groupe est résolu également à poser des règles claires de fonctionnement pour inscrire leur action dans la durée.

A lire aussi: