Les agriculteurs s’approprient l’économie d’une production agro-écologique

Dans le cadre du projet Apeti, multipartenarial, l’Union des cuma des Pays-de-la-Loire participe à sept journées thématiques sur des questions d’actualité auxquelles les agriculteurs et acteurs de l’accompagnement agricole sont confrontés. L’objectif est de présenter des travaux ou des initiatives liées aux transitions vers l’agro-écologie, liées aux cuma.

Fabrice Gouin apporte son témoignage à propos des charges de mécanisation.

Coronavirus oblige, la première journée ‘concilier viabilité et environnement en agriculture’ qui réunissait Solidarité paysan, Réseau Civam, la CAB (Coordination agrobiologique des Pays-de-la-Loire) s’est transformée en web-événement où les charges de mécanisation ont été détaillées en deux temps. A partir d’une vidéo disponible en amont du rendez-vous, un temps d’échanges en live était organisé, avec une quarantaine d’intéressés.

Un matériel engendre toujours des coûts

Parmi les questions formulées par les participants, une revient régulièrement dès que le thème des charges de mécanisation est sur la table: «Pourquoi le matériel que je détiens en propriété me coûterait de l’argent s’il est déjà amorti?» En réalité, même amorti, un matériel engendre toujours des frais d’entretien courant obligatoires (vidange…) et de réparations qui peuvent parfois déraper. Dans le cas des automoteurs, pris en exemple par l’agriculteur qui témoignait dans le cadre du projet Apeti, «il y a aussi l’assurance à payer tous les ans.» Enfin, ce n’est pas un coût en termes de trésorerie, mais le matériel continue généralement à se dévaluer au fil des années. Voilà pourquoi il peut être intéressant d’avoir un panel de matériels réduit mais de leur faire faire plus d’heures ou de déléguer.

Parmi les prochaines journées que proposent les dix partenaires du projet Apeti(1), une aura lieu le 8 octobre à la cuma du Marillet (Saint-Florent-des-Bois, 85). Un autre rendez-vous est fixé le 10 décembre à Petit-Mars (44), avec la visite du séchoir de la cuma des Volontaires.

(1) Le projet Apeti (s’APproprier l’agroécologie par l’Echange et le Transfert d’Initiatives) intègre le dispositif Casdar Arpida. Il implique des organismes du développement et de l’enseignement agricoles.

Entraid Vidéos

Fidélité à une marque de tracteur : qui est le champion ?

La fidélité a un prix…

[Ensilage] La cuma de l’Ouette a saisi l’occasion de persévérer

Fidèle à son concessionnaire ?

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement