Moisson décomposée : un bilan positif

Créée en 2019, la Cuma du Grand Trèfle dans le Rhône a investi de manière à pratiquer une moisson décomposée. Une ensileuse modifiée équipée d’une barre de coupe pour le fauchage-andainage et une moissonneuse avec un pick-up. Bilan de la technique après la première moisson.

Fauchage-andainage avant récolte: un choix fait par les adhérents de la cuma du Grand Trèfle dans le Rhône.

Décomposer le chantier moisson présente plusieurs intérêts pour les 4 adhérents en agriculture biologique.

Gagner 10 jours sur la date de récolte

« Le premier avantage avec la technique de la moisson décomposée, c’est de pouvoir gommer les irrégularités de maturité dans une même parcelle. Nous avions du mal à obtenir des grains avec une humidité régulière. Le but est de rentrer dans la parcelle avec la moissonneuse et de récolter un produit avec une maturité homogène. » constate Bertrand Rabatel, président de la Cuma. Le chantier de fauchage andainage est réalisé avec une ensileuse d’occasion modifiée pour accueillir une coupe Honey Bee de 6.70 m pour un investissement total de 87 000 €. « Le but n’est pas de regrouper les andains, même dans le cas de petites récoltes. Cela permet ensuite à la moissonneuse équipée d’un broyeur de répartir les pailles de façon homogène sur la parcelle. » Le second avantage est de pouvoir gagner jusqu’à 10 jours sur la date de récolte habituelle. « Cela nous permet d’implanter une seconde culture dans de meilleures conditions comme du soja derrière l’orge ou encore du sarrazin juste après le blé. »

Pour la mise en andain, l’ensileuse de 280 ch couplée à la coupe Honey Bee permet des débits de chantier qui tournent entre 4 et 5 ha/h.

Maitriser les adventices

Gagner 10 jours sur la date de récolte c’est aussi gagner sur le développement des adventices. « Par exemple, quand nous avons fauché les parcelles d’orge, il y avait pas mal de matricaires en fleur. Le fauchage a permis d’éviter d’avoir des adventices montées en graines lors de la récolte. En plus, cette opération permet de sécher les adventices et on obtient une récolte plus propre et plus facile à trier. »

L’andainage avant récolte est une opération supplémentaire mais elle permet d’obtenir une maturité homogène des grains, de gagner jusqu’à 10 jours sur la date de récolte habituelle et aussi de faucher avant que les différentes adventices montent à graine.

Des récoltes protégées

Pour bien réaliser l’andain, il y a un coup de main à prendre. « La culture doit être déposée par terre dans le même sens, bien rangée comme un toit de tuile. Le fauchage ne doit pas être réalisé trop bas. Il faut couper au moins à 10 cm de manière à laisser passer l’air sous l’andain. C’est un coup de main à prendre en jouant sur la vitesse des tapis et des rabatteurs. » Un andain bien réalisé permet aussi de lutter contre les effets d’une pluie entre la période de séchage et la récolte. « Nous en avons fait l’expérience cette année. La pluie n’a pas pénétré dans les andains, l’eau a plutôt glissé dessus en s’écoulant de chaque côté. »
Pour la récolte, plus de coupe classique mais un pick-up. « Là aussi, il faut prendre le coup de main. L’andain doit être avalé par la machine de façon régulière, comme si on récoltait un tapis. Il ne faut pas qu’il y ait de rupture. De cette façon, la moissonneuse est alimentée en continu. »
D’autres Cuma voisines sont venues assister à ces différentes opérations et réfléchissent aussi à mettre en place des récoltes décomposées. L’année prochaine.
En attendant la Cuma réfléchie aussi à optimiser son investissement dans l’ensileuse. « Sur l’ensemble des exploitations, les adhérents produisent plus de 80 ha de luzerne. Nous réfléchissons donc à l’installation d’un groupe de fauche sur l’ensileuse. »

En complément: une ensileuse pour  le fauchage-andainage avant moisson

Entraid Vidéos

Quand détruire le couvert avant un maïs fourrage?

Un bec pour la moisson du chanvre

Comment se lancer dans le semis direct ?

Agriculture de conservation : les éleveurs ont de gros atouts

A LIRE également

Nos offres
d'abonnements

Papier + 100% numérique

Recevez votre magazine chez vous en plus de l’abonnement numérique

Je m'abonne
abonnement